Toucher (la) terre

Une première présentation de la recherche sur le Rythme Approprié a eu lieu le 18 septembre 2014. Le projet devant durer 3 ans, il s’agissait d’un état des lieux de l’avancement de la recherche. Rappelons que
ce projet a émergé de la conjonction d’impératifs auxquels la filière « Aménagement du paysage et gestion des milieux naturels » est confrontée :

– la nécessité de proposer un rythme approprié à l’apprenant conformément à la demande du ministère de tutelle
– la mise en place de la réforme du BTS concernant les enseignements techniques et scientifiques dès la rentrée 2013
– l’adaptation des apprentissages face à la réforme du baccalauréat professionnel entraînant une formation délivrée en trois ans au lieu de quatre ans
– les difficultés d’apprentissage grandissantes des publics postulant aux différentes formations de la filière
– proposer une pédagogie innovante et distinctive permettant de justifier les frais de scolarité demandés aux étudiants
– maintenir de bons taux de réussite aux examens favorisant l’attractivité de l’école en termes de recrutement.

Tout ceci est à réaliser dans un cadre devenu beaucoup plus contraignant dans les 5 dernières années du fait des restrictions budgétaires. Le lendemain même de la présentation, de nouvelles restrictions ont été annoncées qui ont quelque peu « douché » l’enthousiasme de la rentrée.

Cette rentrée a cependant vu le lancement d’un certain nombre de dispositifs résultant de la première année de réflexion :

– journée d’intégration

– ouverture des parcelles « Champs libres »

– libération d’une plage dans l’emploi du temps des élèves et étudiants

– la « rando durable » en Vallée de Chevreuse ont été reportée mais reste d’actualité.

Constat de rythme, la « rentrée » qui se fait en septembre s’étire en fait sur tout le trimestre qui est particulièrement chargé. La mise en route prend du temps. Par ailleurs, il faut sans doute prendre en compte un besoin de pause dans la réflexion, un temps pour observer les effets de ce qui a été mis en place. Le Chercheur Collectif de Tecomah se réunit à nouveau seulement le 18 décembre. Le fossé entre la recherche et la réalité du terrain se fait sentir. Constat de répétition, cette première réunion de « deuxième année » fait largement écho à la première réunion de l’an passé. Les mêmes tensions entre administratif et pédagogique s’expriment. « On vide son sac », moment nécessaire pour pouvoir ensuite reprendre la réflexion. Si l’aménagement de l’emploi du temps reste le point le plus sensible et monopolise une bonne partie de la discussion, est également questionné la lenteur dans la validation de la mise en place des parcelles qui a conduit le dispositif au point mort. En outre, des heures référentiel BTS (coeff 2.5) ont été transformées en heures TP (coeff 1.75) sous prétexte des rythmes appropriés en demandant aux enseignants de « faire un effort pour le bien des jeunes » Or les heures TP exigent autant voire plus de travail que les heures référentiels. De plus la directrice pédagogique est persuadée que ces heures sont financées par le projet et que ce sont des heures en plus du référentiel, ce qui pour l’instant n’est pas le cas.

La journée d’intégration a représenté un moment fort que les élèves et étudiants ont apprécié. La Rando durable en vallée de Chevreuse devait contribuer à cette « intégration » : 3 jours de marche en pluridisciplinarités (Biologie/écologie, Technique Pro Aménagement du paysage et de l’ESC. Beaucoup de modules sont en jeux dans cette rando. elle doit permettre de donner du sens aux apprentissages en réemployant et en validant des acquis de cours. Mais également développer l’autonomie, l’esprit d’initiative, la responsabilité. Par ailleurs, il s’agissait non seulement de marcher, visiter, observer, mais également de préparer les repas ensemble, dormir ensemble dans des tentes types canadiennes.

Tout ceci restera vrai quel que soit le moment de l’année mais on ne peut plus parler d’intégration si la Rando n’a pas lieu dès la rentrée. Les raisons invoquées sont le manque de certitude quant aux nombre de jeunes en début d’année et le fait que les accompagnants étaient 2 enseignantes. Au dernier moment, il fallait que ce soit un homme et une femme .

« On lisse en juillet, on casse en septembre ».

Côté emploi du temps, l’ère du « cousu main, sur mesure » est révolue remplacée par « l’efficacité » informatique. Constat de retour de l’opposition mécanique/organique, machine/humain. L’an passé « Les RA, c’est de l’humain, c’est pas I-Pareo », cette année « Un emploi du temps, c’est organique, ça respire. » Avec le « sur mesure », on avait 40% des plages fixées en juillet, ensuite, on ajustait au fur et à mesure. Avec I-Pareo, on a 90% des plages fixées en juillet et… on ajuste au fur et à mesure. Sauf que si on a gagné en rapidité de conception, on a perdu en marge de manœuvre dans l’ajustement. Pour l’équipe pédagogique, il faut « insister sur l’adaptation possible du vivant, du cousu main, du construit au travers du dialogue par rapport à l’effet sclérosant du rythme informatique, de la solution binaire de la machine qui ne compose pas mais remplie des cases sans intelligence. Finalement au regard des événements passés nous sommes passés du « tout fait main » (un extrême très consommateur en temps mais efficace) à un tout mécanique (un extrême rapide mais inefficace) ne serait-il pas sage de faire un peu de biomimétisme et de rechercher un équilibre comme le font depuis des millions d’années nos rythmes biologiques naturels ? Nous manquons d’équilibre, nous sommes dans les excès permanents, source de rythmes inappropriés. »

La référence à la respiration renvoie à quelque chose d’à la fois régulier, c’est le rythme de base du corps à l’unisson du battement cardiaque, et fluctuant au gré des émotions et des efforts. A été salué le fait que la plage du jeudi après-midi pour les élèves/étudiants a été posée comme libre dans l’EdT. Bien sûr, elle sera parfois utilisée mais de façon limitée. Dans le même temps, s’est exprimée fortement la demande de l’équipe pédagogique pour que les plages nécessaires aux séquences de pluridisciplinarité soient, elles aussi, posées au départ car elles exigent la présence de deux professeurs et les emplois du temps de chacun sont difficiles à concilier à posteriori. L’alternance temps forts/temps faibles est la piste de réflexion sur laquelle se concluait le premier rapport. Il faut des rendez-vous réguliers comme par exemple un temps alloué de manière fixe au suivi des rapports de stage. Ce suivi n’est pas obligatoire et le constat des enseignants est clairement que plus c’est régulier, plus les élèves viennent. De ce point de vue, l’efficacité est bienvenue. Mais il faut aussi retrouver des marges de manœuvre pour concevoir d’autres mode de répartition des heures qui correspondent à la progression pédagogique souhaitée dans d’autres matières (concentration ou espacement suivant les cas).

Dans cette ligne, la question se posait aussi du respect du rythme des saisons. Alors que notre environnement naturel est en hiver, en repos végétatif, nous sommes en phase d’intense activité. Mot d’une enseignante à propos de ses élèves : « Ils sont dans un rythme effréné, ils ne touchent pas terre. » Est-ce véritablement « approprié » ? En écho, les parcelles sont au point mort, n’ayant pu être investies avant l’entrée dans l’hiver. Ni la saison, ni la phase d’activité des élèves ne permettent de les investir maintenant. Il va falloir attendre la fin de l’hiver en espérant qu’à ce moment, les élèves et étudiants pourront « toucher (la) terre ».

Si le projet RA reste source de grand intérêt et de certains espoirs, le Chercheur Collectif fait le constat du chemin qui reste à parcourir et réitère son souci de voir ses propositions effectivement mises en œuvre. La collaboration entre administratif et pédagogique reste tendue ce dont clairement les élèves et étudiants ne peuvent que pâtir. Les mêmes questionnements reviennent : « Quand je parle de pédagogie, d’accompagnement, de savoir, savoir-être, savoir-faire, de cohésion…j’entends des coûts, de l’efficacité administrative, des profs en vacances en mai (parce qu’ils ont fini leur programme), de la suspicion, du manque de confiance. Je constate que la prise en compte des rythmes est encore moins bien entendu cette année que l’année dernière. Il n’y a pas de remise en cause de la hiérarchie, faire venir des élèves de secondes pour 2 heures de cours alors que certains ont plus d’1h30 de transport aller ne gène personne, sauf les jeunes et leurs enseignants mais ça, ce n’est pas important. Je me pose alors la question : pourquoi participer (ou continuer à participer) à cette recherche? »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *