Le groupe classe refuse le dispositif (part 1)

Introduction
A chaque fin de séance, nous avons pris l’habitude avec Luca Casavola de faire un retour sur notre journée, nous évoquons nos ressentis, notre vécu.
Je vous propose ici la retranscription de cette fin de journée.

Contexte et avertissement
Après avoir regardé de plus près le projet sup de pro, j’ai décidé de travailler lors de la première année sur la question du recrutement, et celle des ateliers.
La filière SIO n’ayant pas d’atelier, ni de modalités de recrutement particulières en dehors de la sélection sur dossier et de l’entretien individuel, j’ai passé tout mon temps de chercheuse avec la filière CGO.
Cette décision non explicitée clairement a provoqué au sein de l’équipe de cette filière SIO une incompréhension, puis un rejet de ma présence, voire du projet lui-même.
Nous avons réussi à reprendre contact en décembre, puis des dates de rencontres ont été mises en place, afin que je puisse réaliser des entretiens avec des enseignants et des élèves.
Je tiens à préciser que le recrutement des BTS SIO 2014/2016 a été sous-traité. Autrement dit, cette nouvelle modalité a peut-être eu  un impact sur les faits ou les sentiments racontés dans les lignes qui vont suivre. Il faudra que dans un autre temps, je regarde les effets de cette modalité.

Je vous propose de revisiter avec moi, la journée du 8 février 2015, nous étions avec les BTS 1ère année SIO. Pourquoi plus cette journée plutôt qu’une autre ? Cette journée est pour moi, la 3ème que je passe sur le terrain du SIO, j’ai donc un vécu qui peut être distancé.
Je tiens aussi à avertir le lecteur qu’il s’agit d’un moment de la recherche, un moment de questionnements qui passe parfois par des doutes, des projections qui seront estompées dans le temps, car modifiées, erronées ou infirmées.
Gardez, donc,  à l’esprit durant votre lecture, que c’est mon regard de chercheuse, qui fige, un dispositif vivant, comme une photographie. Je lui donne du sens, je tire des fils, qui ne seront pas toujours conservés. Je me questionne et parfois je pense tout haut.

photo billet blog oct 2015 Itescia

Extrait d’un retour à chaud d’une journée de recherche action

« Kareen :
Une résistance à l’accompagnement
Ce matin, nous sommes allés dans une classe, les BTS 1ère année Sup de Pro SIO, où pour la première fois dans toutes les recherches que j’ai pu mener, je me suis confrontée à un sentiment partagé de refus, voire de résistance.Cette classe refuse toutes les approches pédagogiques que l’institution peut leur proposer.
Ils sont présents physiquement et ailleurs intellectuellement.  Ils n’ont pas envie d’être là.  Ils ont envie de réussir leur BTS et aller au-delà, mais la forme du BTS qu’Itescia leur propose ne leur convient pas.Ils désirent réintégrer un BTS dit « classique » et refusent totalement ce qui émane du Sup de Pro.  Ils estiment qu’ils sont aussi bons que les autres BTS et qu’ils pourraient tout à fait intégrer une classe « normale ».
Ils ne veulent plus être stimagtisés en Bac pro, en BTS sup de pro. Ils refusent tout ce que l’on peut leur apporter de bien. Ils sont dans une définition négative de l’approche pédagogique du sup de pro. Je les ai ressentis contre le système.
Face à cette résistance, comment penser les différents leviers qui pourraient permettre peut être d’inverser la tendance. Notamment, lorsque le groupe se met à être contre tout ce que l’on propose, cela devient extrêment difficile d’inverser la tendance.  Ce n’est pas impossible, mais difficile.
Les enseignants interrogés sur cette classe partagent les mêmes sentiments. Ils disent que  mélanger  ces élèves avec des BTS dit « classique » permettrait (peut-être) une évolution favorable du groupe.
La question de la résistance au changement a été notamment abordée lors du travail de la première année sur la filière CGO. Nous avons pu constaster que des élèves étaient en résistance. Toutefois, il s’agissait de quelques cas esseulés, et non comme ici, l’ensemble de la classe.

Quelle solution ?
Ce groupe nous amène à penser le Sup de Pro différemment.Nous pourrions par exemple, proposer en 1ère année un sup de pro et en fonction de l’évolution de celle-ci, continuer en 2ème année, ou reverser les effectifs dans BTS classique.
Ce chemin est peut-être une des clés de l’amélioration du dispositif. Le dispositif, dans ce cas, se  baserait sur l’évolution du groupe.
En 5 ans d’existence du sup de pro, c’est la première fois que cela se passe ainsi. Nous allons, certainement en fin d’année 2014-15, être confrontés à la question du reversement des effectifs du  Sup de Pro SIO en BTS Classique pour la 2ème année.
Ce cas de figure sera intéressant pour la recherche, car s’ils sont reversés en BTS classique, nous pourrons voir l’utilité et la spécificité du sup de pro. Toutefois, le danger c’est de déstabiliser totalement le sup de pro.
Il faudra garder à l’esprit que ce n’est pas parce qu’un groupe se sent mieux en BTS classique, que tous les sup de pro seront mieux en BTS classique. Cela veut simplement dire qu’il faut être au plus près de la vie du groupe pour l’accompagner jusqu’à l’obtention du BTS et au-delà.
De même, nous devons rappeler ici que les 220 ou 250 heures en plus sont financées par la Région et sont destinées à permettre à des jeunes issus de bac pro d’accéder à l’obtention d’un BTS et de poursuivre leurs études. En d’autres termes, si l’on mélange les classes, il faudra mettre en place deux emplois du temps au sein d’une même classe.
Je pense qu’en fonction de la dynamique de groupe qui se met en place, nous pouvons soit leur proposer d’évoluer en sup de pro, soit si la dynamique ne prend pas, les mélanger très rapidement.
Toutefois, cela demande une flexibilité organisationnelle importante. Elle permettrait au bout d’un trimestre, soit de continuer le cheminement en 1ère et 2ème année sup de pro, soit de les mélanger avec les BTS « classiques »,  tout en ajoutant des cours pour ceux qui rencontrent des difficultés.
Cette modalité est possible d’un point de vue théorique, mais d’un point de vue pratique et organisationnel, cela me paraît compliqué pour l’heure.
Il faut rappeler que les enseignants sont des vacataires et qu’ils prévoient sur l’année des créneaux horaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *