Le groupe classe refuse le dispositif (part 2)

photo billet blog oct 2015 Itescia

Suite du billet « Le groupe classe refuse le dispositif « (part 1)

Des reproches émanant des élèves.
Un des reproches formulés par les élèves se situe autour du manque d’informations concernant le dispositif dans lequel ils s’engagent. Ils viennent à Itescia pour le taux de réussite de 90%. Ils pensent qu’en entrant dans cette école, ils obtiendront leur BTS sans trop de difficulté. Toutefois, derrière ce taux de réussite se cache une toute autre réalilté. Au départ, les effectifs sont plus ou moins de 26 et puis ils tombent très rapidement à 11. Le taux de réussite est donc calculé à partir de ceux qui passent effectivement le BTS et non sur les effectifs d’entrée.
Pourquoi cette chute?
Elle est en lien avec les difficultés à obtenir des entreprises et aux 250 heures en plus.
Gardons à l’esprit, que les sup de pro doivent réussir à rattraper tout le retard dans les matières générales qu’ils ont cumulé entre le collège et le lycée, en plus tout le programme de BTS.
Cela leur demande énormément d’énergie et tout ce temps d’école est impacté sur le temps en entreprise.Ils viennent pour le taux de réussite. Ils viennent aussi pour cette chance extraordinaire de pouvoir acquérir tout ce qu’ils n’ont pas eu, le temps, la capacité, ou l’énergie à acquérir durant leurs années scolaires précédentes.
Toutefois, le  principal non-dit réside sur un changement impératif de posture au niveau des apprentissages. Ils doivent aller au-delà d’une simple présence en cours. Ils doivent consacrer du temps personnel à la compréhension, à l’apprentissage et au rattrapage de toutes ces années qu’ils n’ont pas mises à profit pour acquérir les matières générales.
Ils sortent de bac pro sans habitude de travail, et lorsqu’ils sont devant le principe de réalité de la nécessité d’un temps assez conséquent de travail personnel, et que les 250 heures sont imputées sur le temps en entreprise, ils sont déçus.
Ils ont le sentiment que l’institution les a trompés, trahis.
Au fil du temps, cela s’améliore, car ils constatent au 4ème semestre que c’est une chance d’avoir eu toutes ces matières pour réussir le BTS.
Là où je suis aveugle, c’est sur la manière d’introduire toutes ces données auprès des élèves. Doit-on leur dire que sur les 26 qu’ils sont seulement 10 trouverons une entreprise ? D’autan que cela n’est ni valable, ni vrai, chaque année.

Une nouvelle étape dans le recrutement.
Je pense que le nouveau système de recrutement mis en place cette année avec les deux jours de SRE[1], permettrait une meilleure compréhension par l’elève des difficultés de recrutement dans les entreprises. Cet espace soulignerait l’importance du niveau d’engagement qu’ils doivent mettre en place. En cela, il serait peut-être un levier mettant à jour la motivation nécessaire pour réussir leur BTS au sein d’ITESCIA.
Je rappelle encore ici,  que la plus part d’entre eux viennent à ITESCIA pour les 90% de taux de réussite. Dans cette optique, certains pensent que ce pourcentage leur donnera à coup sûr leur BTS, sans fournir trop d’efforts. Ils se confortent ainsi dans leur posture d’apprentissage précédente. En effet, en Bac pro, aucun travail personnel n’est à fournir, tout est réalisé en cours. Il est aussi important de mettre en lumière la différence du niveau d’exigence, un élève bon en français selon les critères du bac pro, sera en dessous du seuil de 10/20 1ère année de BTS.

[1] Les SR  séminaire de recherche en entreprise

 Le principe de réalité
L’une des plus grandes problématiques réside dans leurs croyances de réussite facile induitent par leur parcours en Lycée professionnel. Ils ont eu le baccalauréat sans trop de difficultés et surtout sans travail personnel. Les élèves n’ont pas conscience qu’ils rentrent dans une classe de BTS qui les amenera à l’obtention d’un BTS classique. Autrement dit, la différence qu’il y a entre les élèves issus de bac  général, et les bacs pros, se situe au niveau de l’accès à la culture générale, mais aussi aux habitudes de travail.
Leur point fort qui résidait dans l’aspect technique ou professionnel n’est plus vrai de nos jours, comme le soulignent certains enseignants.  D’ailleurs, ils pensent que même en technique, il faudrait des cours leur permettant d’aller plus loin.  Ce dernier point est surtout lié au manque de méthode de travail personnel.
Autrement dit, lorsque les élèves sont confrontés au principe de réalité du BTS, ils sont en chute libre.
Rappelons ici, que le principe de réalité est mouvement douloureux vers la prise de conscience du réel, mais aussi de « la mise en évidence des limites individuelles » (Saint Girons)

Luca Casavola : Est-ce que tu penses qu’il y a des problèmes de recrutement ?

Kareen : La question du recrutement.
Une harmonisation est nécessaire au niveau du recrutement. Nous ne pouvons pas avoir de recrutements différents dans les deux filières sur lesquelles repose le sup de pro .

Dans un recrutement d’élèves, il est important de se demander si nous avons les outils nécessaires à la réussite de cet élève. Ces outils pourraient être mis en place au travers la construction de modules pris, notamment dans l’enveloppe d’heures supplémentaires (250 heures SIO et 220 CGO). Toutefois pour mettre en place ce type de module, il faut une connaissance profonde des difficultés de chaque élève, en établissant une cartographie de ses connaissances et de ses manques.

Avec ces cartographies, nous pourrions réaliser des groupes de profils et aider ces groupes de profils au travers un programme mis en place par les enseignants. Des modules qui permettraient de s’adapter aux différences, où, l’hétérogénéité deviendrait une source d’enrichissements. Cette pédagogie est notamment présente chez les penseurs et acteurs de l’école nouvelle tels, que Maria Montessori, Célestin Freinet, ou Ovide Decroly, etc…[1]
Comment réaliser cette cartographie ?
L’étude que j’ai réalisée sur les tests psychotechniques au moment du recrutement, a révélé le manque d’intérêt de ces derniers, que ce soit pour le recrutement ou dans le suivi de l’élève.
La mise en place de tests de connaissance serait importante. Itescia recrute les élèves grâce à leur dossier scolaire (notes, appréciations, comportements),  aux notes obtenues au baccalauréat, mais aussi à un entretien individuel qui a pour but de révéler la motivation de l’élève. Il faut noter ici, qu’à une époque, un psychologue avait été recruté pour déceler la motivation, toutefois, ce dispositif n’a pas été concluant.
Soulignons que la motivation montrée lors de l’entretien n’est pas toujours présente au cours de la formation.

Alors comment susciter ou faire perdurer cette motivation?
La motivation peut se révéler en plusieurs temps :

  • 1er temps : le passage des tests.
    • Lors de la première semaine de la rentrée ou avant courant juillet un retour sur leur test en leur montrant visuellement le lieu où ils sont et l’endroit où ils doivent aller pour obtenir leur BTS.
    • Décrypter avec eux tout le processus par lequel ils doivent passe.
    • Faire des points réguliers durant leur scolarité sur l’avancer du cheminement et les étapes franchies.
  • 2ème temps : L’entretien individuel.
  • 3ème temps : Les deux jours en séminaire de recherche.

Si l’élève prend une part active à ce processus de recherche d’entreprise, il révèle aussi sa volonté de comprendre, comment fonctionne un processus de recrutement au sein des entreprises, et comme optimiser sa chance d’être recruté.

Pour terminer sur cette question du recrutement, je pense qu’Itescia ne peut faire l’économie de test de recrutement, notamment au niveau des connaissances.
Un problème de logistique est ici à souligner notamment au niveau des corrections, et un florilège de questions l’accompagne : qui, quand, comment, combien ?
Pour l’instant, je suis dans un questionnement, et je n’ai pas de réponse.

Luca Casavola : Pour l’instant.

Kareen :  Oui pour l’instant. J’ai beau chercher, je n’ai pas de réponse, et parfois, je suis un peu désespérée. J’ai des pistes, mais elles ne donnent pas grand-chose. C’est pour cela qu’il serait intéressant de rencontrer le service recrutement ».
Pour conclure ce texte, d’autres éléments aujourd’hui sont à notre connaissance, ils feront partie du livrable final de la deuxième année de recherche.

[1] Ici, il serait peut être intéressant de penser à des formations d’enseignants aux pédagogies dites actives.

 Bibliographie
Houssaye (Jean), Le triangle pédagogique, Peter Lang, 1988.

SAINT GIRONS (Baldine),« RÉALITÉ PRINCIPE DE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2015. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-realite/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *