De la question de l’accompagnement à la mise en place du livret d’évolution

photo billet blog oct 2015 Itescia

Avant-propos
Ce texte a été construit avec l’ensemble des  documents que j’ai en ma possession. J’ai donc utilisé les diaporamas de l’équipe, mais aussi des entretiens, vidéos et photos que j’ai en ma possession. Je montre l’importance de la clarification de nos représentations afin de partager un sens commun, une compréhension commune des questions du projet.

Ce billet  fait état d’un travail en cours de construction, il est une étape nécessaire à la recherche, mais non une finalité. Quelques réflexions sur le dispositif apparaissent sans être réellement travaillées. L’idée ici, est de montrer le cheminement, afin que le rapport final puisse se consacrer aux apports théoriques de la recherche.

Introduction
Le 4ème billet fait partie du processus linéaire que j’ai décidé d’adopter pour expliciter le terrain. Vous retrouvez donc, un billet sans numéro : « Une image de l’atelier Vidéo », puis le billet n°1 « l’atelier vidéo », le billet n° 3 : « Quand le groupe classe refuse le dispositif : le cas des BTS 1 SIO », ce billet, et enfin le billet n°5 « guide du tuteur sup de pro ».

Ce 4ème billet est issu de nombreuses réunions, mais surtout d’un électrochoc ayant eu lieu lors de la présentation de la première année auprès du chercheur collectif. Les orientations et critiques émises par le groupe de chercheurs nous ont permis d’ouvrir un espace de dialogue et de réflexion sur la question de l’accompagnement.

Nous avons planifié un certain nombre de rencontres durant lesquelles nous avons tenté de construire à une compréhension commune de l’accompagnement.Je vous propose au travers les pages qui vont suivre de découvrir notre cheminement, ainsi que le processus mis en place pour arriver à la construction du livret d’évolution. Nous allons découvrir qu’au fil des entretiens le livret est évoqué, puis travaillé par deux enseignants, pour enfin être proposé sous une forme de prototype à l’ensemble des BTS CGO.

Nous repartirons de ce prototype pour donner naissance au livret d’évolution. Ce document est, pour l’heure, une tentative de remettre du sens dans l’approche pédagogique du projet sup de pro.

1.  Après le chercheur collectif du 16 avril 2015
Voici deux slides : ils représentent la question de l’accompagnement au sein du dispositif sup de pro. Le premier correspond à la mise en place du dispositif sup de pro pour la rentrée 2009.

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide

Quant au deuxième, c’est le constat que nous pouvons faire aujourd’hui. La question de l’individualisation du projet sup de pro fait défaut.

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 2

 

2. Aux origines du livret d’évolution

Dès les premières rencontres avec l’ancienne coordinatrice pédagogique des BTS CGO, j’ai évoqué l’idée de construire un livret de suivi. Le principe était à la fois de se référer à différents outils de la pédagogie Freinet et d’en construire un qui soit en cohérence avec la particularité du sup de pro. La volonté de ce livret était (et est) d’inscrire l’élève dans une dynamique pédagogique de son recrutement jusqu’à l’obtention de son diplôme.

Quelques mois plus tard, cette même idée, tout en étant différente, chemine chez des enseignants. Elle donnera naissance à des grilles de suivi.

Mon idée de départ
C’était de mêler plusieurs outils comme suit :

  •  Le journal mural :
    C’est un journal scolaire où trois colonnes sont mises en relief : critiques, félicitations et demandes. Il est affiché sur le mur. C’est un fichier coopératif.
  • Le plan individuel de travail :
    Chaque élève prépare en début de semaine son plan de travail. Ces différents plans seront corrigés au niveau groupal.
  • Le fichier auto-correctif :
    Le fichier auto-correctif s’inscrit dans le plan individuel de travail. Les fiches permettent à l’élève de tester ses connaissances par l’auto-contrôle. Il est adapté au niveau de l’élève. Il s’inscrit dans une démarche de travail de recherche progressif.
  • Le livret programmé
    Ce livret programmé part d’une discipline et se développe autour d’un thème de vie comme support de l’activité.
  • La question de l’évaluation
    Dans cet espace l’évaluation repose sur plusieurs étapes. La comparaison entre le plan individuel de travail et sa réalisation au travers notamment les fiches auto correctives, ainsi qu’une note appréciative de comportement, et la délivrance de brevets pour les travaux pratiques.

Les grilles de suivi travail chez les enseignants.

Je ne sais pas réellement d’où est partie cette idée de suivi individuel. Il est présent en BTS CGO, mais à ma connaissance, il y a eu aussi un travail mené en BTS sup de pro SIO par M. Lecoq et Mme Edouard en cours de méthodologie.

Ils ont étudié les méthodes de travail personnel mises en œuvre par l’élève pour acquérir les connaissances dont il a besoin. Il est à noter que Mme Claire Edouard est enseignante dans les deux filières et sur les deux diplômes.

L’idée fondatrice est de permettre des rencontres mensuelles ou bimensuelles entre des référents[1] et des élèves au niveau individuel, afin de faire un point sur les méthodes de travail utilisées, notamment durant la semaine en entreprise. Par la suite, une nouvelle organisation est travaillée avec l’élève, afin d’améliorer ses apprentissages.

Nous voyons ici, encore une fois, une approche parcellaire de la question de l’accompagnement. C’est une expérimentation, qui n’a pas donné lieu à une concertation globale. Chaque équipe du projet sup de pro travaille à l’amélioration du dispositif, mais ne se coordonne pas. C’est une des particularités du dispositif qui m’avait frappée, le manque de concertation. Je ne vais pas revenir sur les différents contextes qui rendent difficile la mise en place d’une telle concertation, mais le fait est que le programme vit de différentes façons selon la filière.

Riches de ce constat, nous avons travaillé sur nos représentations de l’accompagnement. Il  nous fallait un point de départ pour remettre l’ensemble des wagons sur des rails communs de compréhension. Il était devenu important pour nous de « « Mettre de l’ordre dans les mots », car, « c’est mettre de l’ordre entre les pensées, mettre de l’ordre entre les hommes » (Gusdorf, 1968, p.37)

(1 )Les référents sont des enseignants qui suivent 3 à 4 élèves. Leur rôle est détaillé dans le billet N°5.

 

3.  La question de l’accompagnement

Qu’est-ce que l’accompagnement.

Si on prend le terme dans sa définition étymologique, on  voit

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 3

Ici comme le souligne, Maela Paul (2009), le mot accompagnement montre un déséquilibre dans la relation. Alors  que les compagnons sont des pairs, l’accompagnement « concerne deux personnes de statut inégal, mais qui, néanmoins, vont devoir fonctionner au sein d’une relation conjuguant disparité des places et parité relationnelle » (Paul, 2009).

Le florilège des pratiques relevant de la question de l’accompagnement tels que « counselling, coaching, sponsoring, mentoring coexistent avec tutorat, conseil ou consultance, parrainage ou encore compagnonnage » (Paul, 2004), montre à quel point l’accompagnement « malgré un apparent consensus social, ne désigne ni une notion stabilisée dans ses significations, ni un territoire bien délimité dans ses usages » (Paul, 2009).

Alors que mettre derrière ce terme d’accompagnement ?
Il ne vit pas seul, il est obligé d’être qualifié pour prendre son sens. Ici, nous l’affublons de pédagogique.

Nous avons travaillé sur nos représentations de ce mot, plus particulièrement sur l’amalgame entre assistanat et accompagnement.

Toutefois, j’aimerais souligner ici, le fait qu’il me semble important de montrer à quel point l’amalgme peut être fait rapidement et sans y prendre garde.

Cet amalgame n’est pas seulement lié à notre représentation du terme accompagnement, il est  « la chose de tous et de personne, dépouillé de toute actualité, c’est-à-dire de toute valeur » (Gusdorf, 1968,  p.40). Autrement dit, sorti d’un contexte, d’un cadre, l’accompagnement perd son sens, sa direction.

Que mettons- nous derrière l’assistanat ?

« L’assistanat perçoit la personne porteuse de handicap comme un objet soupçonné d’avoir la conscience proportionnellement aussi amoindrie que son corps, ses sens ou son psychisme. Cette attitude manifeste une condescendance mâtinée de compassion, le bien-être de la personne comptant bien moins que son contrôle et son infantilisation. S’il y a, prise en charge du handicap, le sujet est ignoré ou du moins réduit à ses besoins primaires et à ses inaptitudes » (Nuss, 2005).

Peut-on ici réflechir à la question du handicap social ?

Le handicap social serait lié aux difficultés d’insertion dans la société dues à différents facteurs, comme la culture, le sexe, ou encore l’âge.

Le racourci entre ces jeunes qui sortent de bac pro, avec peu de culture générale et le handicap social pourrait nous amener rapidement à nous représenter l’accompagnement non plus comme un cheminement à deux, mais comme de l’assistanat. Je tiens ici à préciser que nos représentations ne sont pas toujours conscientisées et sont souvent œuvre d’un conditionnement sociétal.

Quoiqu’il en soit le groupe a travaillé à la compréhension de leurs différentes approches. Je n’étais pas présente à chacune d’entre elles, mais j’ai pu voir les directions qu’ils prenaient et  voici  leur vision de l’accompagnement :

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 4

A partir de cette dernière, l’idée de réunir tous les enseignants des deux filières sup de pro dans un espace de concertation, mais aussi de construction réflexive autour de l’accompagnement au travers la construction du livret d’évolution a fait sens

4.  La réunion du 1er juillet 2015
Au mois de juillet, l’équipe a organisé une réunion de concertation permettant aux différents enseignants de parler de ses représentations de l’accompagnement et de voir si un langage commun pouvait se dessiner.

La journée a été organisée en temps de travail.
1. Historicité du projet ;
2. Echange sur la question de l’accompagnement ;
3. Présentation de la proposition de travail ;
4. Travail en groupe des points suivants :
Formateur référent ;
Entretiens individuels ;
Réunions de bilan ;
Reformulation ;
Livret d’évolution ;
Tests de positionnement ;
Découpage du programme en compétences ;
Autoévaluation par le jeune (QCM ? reformulation ?….) ;
Autres… (issues de l’atelier).
5. Restitution des groupes ;
6. Discussion et adoption des différentes étapes.

A la fin de la matinée d’échanges, l’équipe porteuse du projet a fait une proposition de travail afin de permettre une mise en place en septembre d’un dispositif remettant l’individualisation au cœur des préoccupations du projet sup de pro.

Proposition d’individualisation de l’accompagnement

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 5

Avant de reprendre le détail de l’image ci-dessus, je dois préciser que le travail en groupe et les débats ont largement contribué à l’amélioration du dispositif :

Tests de positionnement
Dans un premier temps, les tests de positionnement réalisés en début de 1ère année serviront de point de départ à l’accompagnement personnalisé.
Ils sont ici mis en place comme galop d’essai. Dans un deuxième temps, l’idée est de pouvoir les utiliser comme modalité de recrutement et de les étendre aux deux filières. Ces tests resteront les premiers feuillets du livret d’évolution. Enfin, dans un troisième temps, nous pensons automatiser le passage des tests, mais aussi les modalités de correction via l’outil informatique.  Ces tests sont réalisés par les enseignants des deux filières en concertation. Il s’agit du français, des maths, et de l’anglais. A ces tests, l’équipe a eu l’idée d’ajouter des questions sur le métier, ou encore sur les activités extra-scolaires. Ces questions pourraient permettre de déceler des leviers de réussite et d’apprentissage. Je ne peux dévoiler plus les questions du test.

Formateur référent
Un formateur référent pour accompagner le jeune tout au long de sa formation.

Voici les points évoqués par l’équipe :
– Accompagne l’apprenant tout au long de sa formation ;
– En charge de 1 à 4 apprenants ;
– S’entretient avec l’apprenant 1/4 d’heure chaque semaine de cours pour échanger sur les acquis (de toutes les matières) et les actions à mener ;
– Utilise le livret d’évolution comme support pour l’accompagnement de l’apprenant

Après les débats, les points retenus.
– Le terme de TUTEUR a été retenu :
« Si l’on se réfère à l’étymologie latine, le tuteur désigne un défenseur, un protecteur et/ou un gardien (du latin « tutor – tutrix », 1225) », de même, par extension de sens, en pédagogie, le tuteur est une personne qui permet à une autre personne ou à un groupe d’individus (apprentis, étudiants, élèves, adultes en forma-tion et en quête de savoir) d’apprendre à se connaître lui-même par le biais de sa formation » (Péoc’h, 2008, p.97).
– Définir le périmètre de travail du tuteur (à intégrer dans le livret d’évolution, avec la charte étudiant) ;
– 1/2h par mois pour l’entretien avec l’apprenant à organiser par le tuteur (2×1/4h ou 1×1/2h) ;
– Possibilité de changer de tuteur en cours d’accompagnement.

Le livret d’évolution

– Un livret d’évolution afin de formaliser et coordonner les actions d’accompagnement.

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 6

 

Les tests de positionnement ont déjà été évoqués. Les tests d’autoévaluation, qui représentent une des clés de voûte de l’autonomisation de l’élève dans ses apprentissages, a été controversé.
Les porteurs du projet avaient décliné les tests de positionnement en plusieurs points :
– Démarche d’appropriation de son apprentissage par l’apprenant ;
– Verbalisation et reformulation avec les étudiants de l’utilité du cours dans la matière en particulier et dans la formation en général ;
– Par le biais d’un test type QCM prévu par le formateur.

Une proposition de grille de suivi des apprentissages avait été réalisée :

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 7

Et un planning élaboré :
Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 8

Toutefois, les enseignants nous ont confronté au principe de réalité, ils n’ont pas le temps de mettre en place des auto-évaluations et de les corriger dans le même temps imparti. Rappelons qu’ils sont vacataires.

Une contre proposition a été faite :
– Faire l’auto-évaluation au moment des partiels : l’enseignant présente l’objectif du partiel pour orienter les révisions. Un travail de collaboration entre  les profs est possible car 2 partiels par an ;
– Autoévaluation à l’issue du partiel par le jeune ; l’enseignant confronte l’autoévaluation sur des points significatifs.

Je me suis demandée si sous cette contre-proposition n’existait pas des formes de résistance. Le rôle de l’enseignant au cœur de la société est primordial, il est le représentant de l’autorité pédagogique. Pourquoi ne pas construire un ensemble d’auto-évaluation et mettre en place un système de correction automatisé ? Pourquoi cette question a fait réagir les enseignants ? Quels sont les jeux de forces ? Qu’est-ce que l’autoévaluation vient questionner ? Ou remettre en cause ?

Je tenterais de répondre à toutes ces questions et je reviendrai plus en détail sur la pédagogie et le pouvoir dans mon rapport de recherche.
Pour terminer sur le livret d’évolution, les enseignants ont désiré préciser qu’il devait :
– être consultable par tous les acteurs ;
– livret complété, charte respectée => bonus en fin d’année pour le jeune.

La verbalisation et la reformulation
          – La verbalisation et la reformulation pour une prise de conscience, une meilleure compréhension et la valorisation de la dynamique du groupe (socialisation des savoirs).
– Restitutions mises en commun au sein de la classe ;
– Prise de conscience et meilleure compréhension de la séquence de cours ;
– Valorisation de la dynamique du groupe (socialisation des savoirs).

Les enseignants ont ajouté à ces propositions, l’idée de créer une dynamique de groupe notamment en organisant des sorties (match de foot…), et de favoriser la reformulation et l’apprentissage au travers la construction de tableaux et schémas.

Les réunions bilan d’évolution

Dans les dispositifs, l’équipe a prévu des réunions « bilan d’évolution » afin de faire un point et d’ajuster l’accompagnement. Elles replaceraient, notamment les conseils de classe en première année.
– Présence des formateurs référents, des autres formateurs et du coordinateur pédagogique ;
– Une réunion bilan des tests de positionnement ;
– Des réunions trimestrielles « bilan d’évolution » qui se substituent aux conseils de classe semestriels (hormis celui du livret scolaire).

Les enseignants ont trouvé que les réunions étaient trop nombreuses et étaient difficiles à mettre en place. Ils ont donc fait une contre-proposition.
– Réunion de rentrée pour affecter les référents CG et SIO ;
– 1ère année : 1 réunion bilan par semestre ;
– 2ème année : 1 conseil de classe par semestre.

A la fin de la réunion du 1er juillet, l’équipe a proposé aux enseignants d’écrire un mot ou deux sur la journée de travail.

Vignette itescia livret d evolut billet 4 slide 9

Conclusion

Pour conclure ce billet, il me semble important de montrer tout le chemin accompli depuis 2 ans. Il y a eu des doutes, des difficultés, des incompréhensions, mais l’équipe a réussi à mettre en place des espaces de concertation en petit groupe et en grand groupe. Un des défauts majeurs de l’équipe porteuse du projet était de tout centraliser. Aujourd’hui, ils impliquent de plus en plus les enseignants dans la construction du projet, et ce, à tous les niveaux. Les grands absents restent les élèves.

Des groupes de travail autour de différentes questions évoquées pendant la réunion du 1er juillet, mais non pensées, vont se mettre en place notamment autour de l’évaluation, de la sanction. J’ai vivement conseillé que des élèves y soient associés. Ces groupes devraient se mettre en place au cours de l’année prochaine.

La principale contestation des enseignants lors de cette réunion était liée au temps. Le temps de réunion, le temps de réalisation des autoévaluations, le temps de faire le bilan avec les élèves. Rappelons encore une fois ici, que ces enseignants ne sont pas titulaires de leur poste. Ils donnent des cours au sein d’ITESCIA, mais sont aussi des professionnels par ailleurs. Une question que je me pose depuis le début de cette aventure est : peut-on mener à bien un projet pédagogique sans une équipe pédagogique titulaire ?

 

Bibliographie

GUSDORF (Georges),
La parole, PUF, Paris, 1968.

NUSS (Marcel),
La présence à l’autre, Dunod, Paris, 2005.

PAUL (Maela),
« Accompagnement », In L’accompagnement dans la formation, N°62 Recherche & formation, 2009 p. 91-108

PEOC’H (Nadia),
Le MAPP (Mode d’Accompagnement Pédagogique Personnalisé) Un modèle opératoire de compréhension d’une pratique d’accompagnement de l’étudiant en soins infirmiers, in Recherche en soins infirmiers n°92, Association de recherche en soins infirmiers (ARSI), 2008.

Sitographie
http://www.lien-social.com/la-presence-a-l-autre consulté le 20 juillet
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/8309 consulté le 20 juillet


 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *