Une enquête auprès des étudiant∙e∙s à partir de SimTrade

A travers l’exploitation de données recueillies par SimTrade, un logiciel permettant la simulation du trading conçu par François Longin, professeur de finance de l’Essec, l’objectif initial de la recherche-action « genre et apprentissage » est de comprendre l’impact du genre sur les processus d’apprentissage et les comportements financiers des étudiant∙e∙s de l’Essec. L’expérimentation est conduite auprès des étudiant∙e∙s de première année (400) suivant le cours de Gestion financière de l’enseignant.

Vignette sim trade

Elaboration de l’outil d’analyse selon les critères de la problématique envisagée
Pour rappel : L’objectif de SimTrade tel qu’il a été pensé par son concepteur est pédagogique : « faire comprendre les marchés financiers et apprendre à intervenir sur les marchés. De façon fictive mais réaliste, le SimTrader peut passer des ordres de bourses pour acheter ou vendre des actions d’une entreprise dans le cadre de scénarios prédéfinis et reproductibles. L’originalité de SimTrade est de simuler non seulement les ordres passés par le SimTrader mais aussi le comportement des autres traders ainsi que l’évolution du prix des actifs financiers ». C’est une sorte de jeu interactif en milieu boursier qui sert également d’évaluation de l’enseignement du cours de Gestion financière.

Estefania, professeure d’Economie, et François ont élaboré une première version de la simulation. Dans cette première variante, parmi les événements de la simulation, ils ont incorporé un événement genré : la « Nomination d’une Directrice Générale » à la tête de l’entreprise SunCar (qui est au cœur de la simulation) et qui apparaît pour le simulateur à 10h40 (le temps de la simulation est d’une dizaine de minutes censé condenser une journée de marché). Une fois cette variante de la simulation finalisée, les deux porteurs du projet souhaitaient construire une autre variante : « Nomination d’un Directeur Général » pour « tester l’effet genre ». En termes de recherche, leur idée est de voir comment les SimTraders (les étudiant∙e∙s) réagissent à cet événement genré : vont-ils vendre ou acheter des actions ? Au bout de combien de temps ? et dans quelles proportions ? Y-a-t-il une différence de réactions entre les SimTraders hommes ou les SimTraders femmes ?

L’événement genré n’était pas suffisant de mon point de vue : le risque était de réitérer des résultats qu’on connaît par ailleurs (i.e. la présence des femmes perçues comme moins compétentes fait baisser la confiance du marché). Or, dans une perspective pédagogique de recherche-action, il ne s’agit pas tant de produire des résultats sur les comportements supposés sexistes des étudiant∙e∙s de l’Essec (on fait l’hypothèse que la nomination d’une femme à la tête de l’entreprise fait baisser leur confiance) que de proposer une compréhension (certes à plus long terme) des enjeux du genre. Il m’a alors semblé important de poser d’emblée le genre comme une problématique, c’est-à-dire une boîte à outils qui nous servirait pour d’abord observer autrement (et peut-être penser et agir autrement ensuite) le monde social. En effet, le genre ce n’est pas « la femme » (ou « l’homme »), ça ne désigne pas le sexe d’un individu, c’est un attribut social (≠nature) et un attribut social parmi d’autres. Le genre s’inscrit dans un ensemble de rapports sociaux : « une femme » en soit cela ne signifie pas grand-chose. Il est nécessaire de situer cette femme dans un espace social plus large (en termes d’âge, de niveau de diplôme, de CSP, d’expérience professionnelle, d’origine sociale, de religion, etc.).

image 2 genre apprentissage

Dans cette perspective mon idée est de mener les porteurs du projet à interroger les représentations du genre (mais pas seulement) dans le monde de la finance : le rôle de la vie privée, des liens personnels, ont-ils un impact sur le marché ? Il s’agit d’envisager le trader comme un individu (homme ou femme) lui aussi situé socialement, et non pas seulement comme un individu « neutre et rationnel », qui agirait uniquement dans une perspective « logique » coût-bénéfice.

Nous avons donc convenu de travailler à donner de nouvelles informations pour complexifier les personnages de la simulation, à jouer également sur les stéréotypes de genre, à trouver des attributs (qui constituent pour la recherche des variables dépendantes) qui font varier la « disponibilité » et l’investissement professionnels (ie. nommer une femme DG sans enfant avec un profil professionnel prestigieux et un homme DG avec une expérience moindre que son alter ego femme, ayant des enfants et dont la compagne aurait par exemple une profession demandant tout autant d’investissement professionnel – voire plus – que la sienne etc.). Et nous avons travaillé à l’élaboration de ces nouveaux profils en créant des couples (H/F) où varient la disponibilité 1)professionnelle de l’homme et de la femme (en fonction de la position sociale occupée par chacun∙e dans la hiérarchie professionnelle) et 2) familiale (en fonction de l’âge et de la présence d’enfants à élever). Complexifier l’événement genré en le lestant de données sociologiques a pour objectif pédagogique de faire percevoir le genre comme une combinaison d’attributs sociaux dont il est question plus haut – et qui dépassent de loin la question binaire du sexe des individus. Malheureusement, pour des raisons de timing liées à la programmation informatique du logiciel SimTrade et à la nécessité que celui-ci soit opérationnel pour la période du cours de Gestion financière (mars-avril 2015), seul le niveau 1 (homme DG ou femme DG) a été testé. (Le niveau 2 comportant 6 variantes de couples sera développé l’année prochaine).

Recueil et exploitation des données

Tel quel, le dispositif de la recherche s’appuyant sur les simulations effectuées sur le logiciel SimTrade par les étudiant∙e∙s m’a paru insuffisant : on peut certes exploiter les données recueillies par les simulations mais pour un résultat très descriptif. Or il nous a semblé plus intéressant de « faire parler » les résultats de ces simulations, c’est-à-dire d’en donner des pistes d’interprétation, de fournir un caractère plus analytique à la recherche, quand bien même exploratoire. Ainsi, dans un second temps de l’élaboration de l’outil d’analyse, le travail a consisté en la préparation d’un court questionnaire à remplir par les étudiant∙e∙s en fin de simulation. Ce questionnaire permet 1) de situer a minima les SimTraders avec des données telle que l’âge, le sexe, le diplôme (type de Baccalauréat) et les études précédant l’entrée à l’Essec (les étudiant∙e∙s de première année ont habituellement effectué deux, voire trois années de prépa en amont) ; 2) de contextualiser les données recueillies : les réponses au questionnaire doivent nous permettre de savoir si le résultat de la simulation est un « pur hasard » dû au jeu aléatoire de la simulation ou bien s’il est issu d’un raisonnement dont la restitution nous permet de comprendre le cheminement, le jugement, les normes et les croyances du SimTrader. Nous privilégions bien entendu la deuxième hypothèse. Pour ce faire, nous avons élaboré plusieurs questions nous permettant de vérifier que l’événement (la nomination d’une femme à la tête de l’entreprise), qui intervient pendant la simulation a bien été compris. De mesurer les perceptions du SimTrader relatives à l’impact de cette nomination sur l’entreprise et sur le marché ; l’évolution du cours de bourse suite à cette nomination et les justifications qu’en donne le SimTrader. Enfin, de connaître quelle a été sa propre action (vente/achat/néant) et les motivations qu’il ou elle en donne. Nous avons par ailleurs pris soin de rédiger un texte contextualisant la recherche et présentant les modalités du questionnaire et discuté longuement des conditions de la simulation : est-ce que ce devait être un exercice chez soi ou en situation d’examen ? Libre ou obligatoire ? Au final nous avons opté pour un exercice obligatoire mais à réaliser hors situation d’examen (au moment choisi par l’étudiant∙e).

Les résultats de cette recherche (en cours d’exploitation) feront l’objet d’une restitution auprès des étudiant∙e∙s. Ils sont intéressants pédagogiquement parce qu’ils permettront d’une part de leur expliciter un dispositif de recherche (leurs professeur∙e∙s ne sont pas que des enseignant∙e∙s mais aussi des chercheur∙e∙s) : qu’est-ce qu’une recherche, comment ça se construit, à qui et à quoi ça sert, etc. Mais aussi de présenter des résultats à partir des pratiques des étudiant∙e∙s, c’est-à-dire à partir de leur propre manière d’agir et de penser. Enfin ils doivent fournir des outils de compréhension qui conduisent à regarder le « marché financier » comme un monde social parmi d’autres. Les règles du marché ne sont pas que celles de la gestion ou des mathématiques… elles s’organisent – de manière sans doute moins visibles parce que rarement mises au jour – autour de fonctionnements, de conditionnements qui prennent racine sur d’autres scènes sociales. L’idée ici est de se servir de la problématique du genre comme des lunettes à chausser pour nous faire voir autrement la scène qui se déroule devant nous. Comme dans un théâtre de verre, nous nous apercevrons que ce qui se ce qui se déploie sur la scène est activé par tout une série de mécanismes habituellement cachés à la vue des spectateurs et des spectatrices, comme à celle des acteurs et actrices quand ils sont sur scène.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *