La construction d’une collaboration avec les étudiant·e·s

image genre et apprentissage

A l’étape précédente, la méthodologie de la recherche envisagée correspondait à la demande des porteurs de projets telle qu’elle avait été formulée au tout début du dispositif : pour eux, il était clair que l’expérimentation devait avoir lieu à partir de SimTrade. Même si dans un premier temps j’avais formulé la proposition d’une seconde méthodologie, plus en phase avec l’aspect « gender & learning » qui s’appuierait sur une collaboration avec les étudiant·e·s, en travaillant à l’élaboration de l’outil d’analyse selon les critères de la problématique envisagée, nous avons laissé de côté la question de faire participer les étudiantes à l’élaboration du dispositif de recherche.

Rétrospectivement, il me semble que plusieurs facteurs expliquent que nous n’ayons pas intégré d’emblée les étudiantes dans le dispositif. Je sentais une certaine résistance de la part des porteurs de projet à cette intégration et il m’a semblé que l’imposer serait tout à fait contre-productive. Aussi cette résistance est à relativiser dans la mesure où c’est ma façon de nommer le peu de réceptivité  à cette proposition de la part des porteurs de projet, dans un premier temps. Nous avions déjà à élaborer ensemble le travail, apprendre à nous connaître et sans doute aussi nous tester mutuellement. Impliquer les étudiantes dans cette entreprise de tâtonnement respectif pouvait sembler une prise de risque inutile (développement dans le rapport). Par ailleurs, d’un point de vue très pragmatique, il fallait bien commencer par quelque chose et la première étape envisagée avait clairement été énoncée comme celle devant nous faire travailler sur SimTrade en tant que dispositif principal de la recherche. Aussi il me semble que le chercheur collectif que nous constituions François-Estefania-Virginie a cette caractéristique (et donc ce biais) que nous sommes tous les trois enseignants-chercheurs. Ainsi le dispositif que François et Estefania proposaient ressemblait davantage à un processus de recherche « classique » : construire une recherche sur la base des pratiques de trading des étudiant∙e∙s en situation de simulation, exploiter les résultats de la recherche et en faire une restitution auprès des étudiant∙e∙s.

Mais il manquait la recherche-action en tant que telle, c’est-à-dire un processus réflexif portant non pas seulement sur les pratiques des étudiantes mais sur la pratique pédagogique elle-même : pas uniquement à l’échelle de l’enseignement du cours en tant que tel, mais à celle plus macro de sa signification dans l’apprentissage professionnel des étudiant∙e∙s, futurs acteurs et actrices du monde professionnel de la finance. Ce biais a sans doute été pris parce que dans ma propre pratique de recherche je suis plus proche d’un dispositif « classique », j’étais donc aussi moi-même dans mon « élément » (travailler à partir des pratiques des pratiques des individus sans chercher à agir sur le dispositif). Or, lors d’un séminaire de restitution au CIRPP j’ai mesuré que la question du chercheur collectif m’avait en partie échappée. Pas complètement puisque notre trio Estefania-François-Virginie est déjà la tentative de constituer un chercheur collectif mais nous le faisions classiquement top-down, c’est-à-dire sans penser à impliquer les étudiant∙e∙s dans la construction du dispositif de recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *