« Etre à table », lieu de convivialité ou instant isolé ? Une expérience transverse dans un CFA multi-métiers

Marie_3
Au sein d’un Institut de Formation par Alternance des métiers de l’Industrie, de la Vente et de la Restauration de la région parisienne, une équipe transverse d’enseignants-formateurs se réunit autour de la création et de l’organisation d’une exposition, autour d’un même thème : « L’art d’être à table ». Cette exposition sera organisée dans le restaurant pédagogique de l’IFA et les ateliers de Techniques d’usinage (T.U.), et prévue pour février 2014, pendant la Journée Portes Ouvertes. L’Art d’être à table, et non pas de la table, a des résonances de convivialité, d’être ensemble, de partage, de rassemblement. Ce qui semble être en adéquation avec la transversalité du projet.

Deux visites au Musée du Louvre ont été organisées autour de ce projet : une première dite de « formation » à destination des enseignants-formateurs, pour les orienter sur un parcours d’œuvres en lien avec le projet ; une seconde avec les apprentis et leurs enseignants, pour découvrir, ensemble, toutes filières confondues, les œuvres choisies. Cette exposition et ce projet se veulent interdisciplinaires, mélangeant enseignement général et technique, et rassemblant les trois filières métiers. Quatre classes de 1ère BAC Professionnel participent au projet, réunissant les secteurs de l’Industrie, de la Vente et de la Restauration (80 apprentis au total). Notons le caractère innovant de ce projet transverse au sein de l’IFA, réunissant les différents métiers et disciplines enseignés.

Le but de ce projet est construit de manière quadruple :

–  Établir des liens entre enseignement général et enseignement technique, dans un but d’interdisciplinarité,

–  Apporter aux apprentis un regard neuf sur l’enseignement général en l’intégrant à des situations professionnelles,

–  Croiser les métiers et permettre une rencontre entre les apprentis des différentes filières,

–  Favoriser un travail inter-départements et collectif pour les formateurs.

La porteuse de projet est formatrice en Lettres et Histoire-Géographie, aujourd’hui détachée à un poste de chargée de mission. Le projet a été validé par la direction de l’IFA fin juin 2013.

Rappelons que c’est dans un contexte tendu institutionnellement que ce projet voit le jour. Le pôle Restauration sera délocalisé sur un autre site en septembre, ce qui ne semble pas enthousiasmer les collaborateurs rattachés à cette filière.

La première rencontre avec l’équipe des trois départements, une vingtaine de formateurs, a eu lieu en septembre 2013. Durant cette réunion de travail, les points suivants ont été abordés : un rappel du thème du projet et des objectifs poursuivis, l’identification des sections concernées, une analyse des étapes, la mise à jour du calendrier, enfin la mise en place de l’organisation du travail au sein du groupe projet.

Une deuxième réunion a eu lieu en octobre 2013, où le CIRPP et l’équipe d’enseignants-formateurs ont pu se rencontrer et commencer à définir les axes de recherche et l’implication de chacun.

Mi-Octobre, une visite au Louvre de « l’équipe-projet » s’est organisée, avec une conférencière et une chargée de programmation au Service Éducation du Louvre.

Cette journée a permis à chacun de mieux se positionner face à l’ampleur du projet et son exécution dans et avec les classes. Les deux professionnelles du Louvre ont fait découvrir le parcours « Art de la table » à l’équipe, parcours déjà proposé par le Musée. Elles ont apporté des informations et des points d’accroche pour mieux comprendre les œuvres et les travailler. A ce stade de l’expérience et pendant le débriefing de fin de journée, l’équipe commence à prendre part au projet, à ne plus voir la chargée de projet comme seule porteuse de la réalisation de l’exposition.

Les formateurs d’enseignement général se sont mis d’accord sur la manière de traiter les œuvres. Ceux d’Arts Appliqués se sont positionnés fermement pour pouvoir traiter de manière plastique et créative les œuvres plutôt que de manière picturale et mimétique. Les formateurs de Lettres et Histoire-Géographie ont proposé d’élargir la portée des œuvres en traitant les champs littéraires et historiques associés, notamment dans la création de haïkus, poèmes et articles autour des tableaux retenus et de faire un parallèle avec un des thèmes au programme en classe de Première, l’Imaginaire. L’équipe semble plus soudée suite à cette journée et repart confiante dans l’exécution du projet.

La visite au Louvre avec les apprentis a lieu en novembre 2013. A travers les dédales du Musée, les apprentis découvrent les œuvres, s’étonnent, questionnent, donnent leur avis, s’essoufflent un peu, s’y perdent, se positionnent.

Moi le Louvre j’y suis jamais allé, c’est pas trop mon truc les musées, je comprends pas les tableaux, l’Art, les artistes on dirait qu’ils sont perchés. Mais comme c’est avec la classe ça va, je pense que ça va être une bonne journée.

 C’est la première fois pour certains qu’ils y viennent. Ils repartent gorgés d’images pour commencer le projet, peut-être un peu trop à leur goût pour certains.

Le questionnement du dispositif observé sera double et reprendra deux des thèmes proposés par le CIRPP et choisis par l’IFA dans l’appel à innovation : la réflexivité et l’interdisciplinarité.

Les premières interrogations qui découlent des journées passées autour du Musée sont :

–  D’un point de vue organisationnel : comment faire pour créer une cohésion de groupe entre les différentes filières et entre enseignement général et technique ? Comment travailler ensemble, de manière coopérative, quand l’équipe se voit peu et ne travaille ni dans les mêmes bâtiments ni les mêmes jours ?

–  Du côté du thème du projet : comment mettre l’élève au centre de ce projet ? Partir de ses propres représentations et pratiques : comment se met-il à table ? que mange-t-il ? avec qui ? qui fait à manger dans sa famille ? Tenter de comprendre et créer une situation alimentaire collective à partir de situations personnelles, affectives et intimes.

–  D’un point de vue pictural et théorique : beaucoup de toiles sont à connotations religieuses, chrétiennes : comment les apprentis se positionnent-ils face à la religion chrétienne ? La question de la Laïcité se pose-t-elle? Certains apprentis ne risquent-ils pas d’avoir une réaction forte et/ou de rejet face à ces œuvres ? Suite à la journée de visite au Louvre ces questions ne semblent pas avoir rejailli.

–  La question de la préparation ou non des apprentis en amont est posée : comment les apprentis considèrent-ils un Musée alors que pour certains c’est la première fois qu’ils y vont ? Aller au musée n’est-il pas un apprentissage, pour pouvoir apprécier les œuvres ? Faut-il les responsabiliser face aux œuvres et au parcours dans le Musée, ou bien les encadrer ? En lisant un travail demandé en BAC Commerce en français sur Décrivez comment vous avez ressenti cette journée au Musée, une majorité d’apprentis souligne la désorganisation de parcours au sein du Louvre, l’attente, les allers et venues, l’incompréhension face aux œuvres.

Je me sens tout petit face au Noces de Cana, c’est majestueux, je comprends pas tout mais c’est beau, beaucoup plus impressionnant que la Joconde, juste derrière. Mais je sais pas ce que je dois en faire de ce que j’ai vu.

De retour à l’Institut, chaque filière, chaque cours procède d’une manière différente.

Certains laissent reposer et continuent le programme, d’autres se lancent dans la suite du projet : la production. De nouveaux enseignants arrivent, le projet devient de plus en plus protéiforme, et il prend vie.

Revenons sur la dernière journée entière d’observation. La chercheuse et le vidéaste viennent en binôme. L’observation est surtout portée sur la classe de Restauration, mélangeant apprentis en Cuisine et apprentis en Service en salle, pendant les cours de français et d’arts appliqués, et sur la classe de Techniques d’Usinage pendant le cours d’atelier.

Nous ne garderons ici que le cœur du sujet abordé dans chaque cours, pour ne pas alourdir le propos.

En Français, c’est la première fois que la professeure est en charge de cette classe (elle les a accompagnés au musée également). Une discussion s’engage autour de la manière de se mettre à table. Les expériences divergent en deux points essentiels : ceux qui mangent en famille et pour qui c’est un moment convivial et important, un point fort de la journée, certains cuisinent même avec leurs parents ; ceux qui mangent seul ou avec la famille mais à des moments différents. Les premiers se mettent à table, les seconds mangent devant la télévision ou sur le canapé du salon, voir dans leur chambre. Pour certains c’est un temps collectif, d’échange, où l’on se retrouve autour du repas, pour d’autres c’est un moment solitaire, souvent pris rapidement, pour pouvoir passer à autre chose. Notons que la moitié des apprentis de cette section travaille le soir, dans des restaurants pour leur apprentissage, et repousse au dimanche ce temps de partage. Ils ont très vite questionné l’enseignante sur ses pratiques familiales, qui s’est prêtée au jeu avec beaucoup d’attention. Ils témoignent :

Moi le soir le repas c’est sacré, tout le monde est là, on est une petite famille mais on fait l’effort de tous s’attendre pour manger. Je fais la cuisine avec ma mère aussi.

Moi j’aime pas manger, parfois je mange pas de la journée et comme je suis au resto le soir ça passe, je grignote quand j’ai trop faim, mais j’aime pas m’asseoir pour manger.

Nous on mange ensemble mais pas à table, on remplit notre assiette et on se met où on veut dans le salon, chacun son coin, on parle pas trop, on regarde la télé.

Les pratiques sont multiples, la manière d’aborder le rôle de la nourriture et du repas aussi. L’enseignante propose d’aborder le thème du projet de différentes manières, en écrivant. Elle présente les anagrammes et les calligrammes, accepte des productions très courtes à la manière des haïkus ou plus longues. Ils sont libres de produire, ils sont auteurs de leur production.

En Arts Appliqués, les questions fusent : a-t-on le droit de faire ce que l’on veut ? – Du moment que cela reste dans le thème du projet ! Et si j’ai pas d’idées ? – Je vais te montrer des œuvres qui pourront t’orienter ! On peut travailler à deux ? – Oui ! Et on sera notés ? – Je pensais que non, sauf si tu as besoin d’une note pour travailler !

Les apprentis semblent partants, et étonnés de ces possibilités multiples, et de cette mise à disposition du savoir du professeur : ils sont placés au centre du projet. Des petits groupes se forment. Certains ont décidé de travailler chez eux car ils veulent le faire sur l’ordi. La classe est calme et accepte tout à fait notre présence, dont une caméra qui tourne autour d’eux. Pas de rire qui fusent, pas de regard fasciné par l’image. Ils acceptent de répondre à nos questions entre deux coups de crayon, expliquent leur choix artistique, le lien avec le projet, ou l’absence de lien mais un engagement fort autour d’un thème lié à la nourriture, comme le gaspillage.

(cc) Marie Go(cc) Marie Go
(cc) Marie Go

 

L’enseignante suit pas à pas chaque production, se laisse intentionnellement fragilisée en ne contrôlant pas son cours, les apprentis décident et elle donne du sens, apporte du lien aux créations entre elles, elle les contextualisent.

En atelier, les apprentis de Techniques d’Usinage (T.U.) se réunissent autour de leur enseignant, qui donne les directives de la journée puis les laissent en autonomie pour allumer leurs machines et commencer leurs travaux dirigés. Les consignes sont rappelées de manière humoristique ou poétique sur des feuilles accrochées aux machines – les lunettes de sécurité, trois secondes pour les mettre ou trente ans pour s’en remettre – et ça fonctionne. Le professeur nous glissera : quand on leur fait confiance mais qu’on est intransigeant sur la sécurité, ils comprennent !

(cc) Marie Go

Les T.U., comme tout le monde les nomment dans le Centre, préparent une surprise pour l’exposition, pour mettre en valeur leur formation technique et ne pas seulement produire les trois médailles commandées pour la remise des prix, qui fera suite à l’exposition. Ils nous expliquent avec application le fonctionnement des machines, la qualité de leurs outils, les matériaux utilisés, ils se souviennent du bout des lèvres de la journée passée au Louvre – c’était bien, c’était beau.

Une réunion peu investie a clôturé cette journée d’observation, des questions de planning y ont été exposées, un rapide tour des avancées de chacun, quelques déceptions du peu de personnes présentes en cette fin de semaine. Rendez-vous est pris pour janvier 2014.


Marie Go

Chercheuse-Accompagnatrice

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *