« Mutualisation des cours d’anglais » ou comment favoriser l’apprentissage mutuel chez des étudiants de filières différentes

Une création d’école, de l’imaginaire à la réalité :

Depuis maintenant plus d’un an, j’accompagne des enseignants et managers pédagogiques dont le cadre professionnel va rencontrer de grands changements. En effet, les trois écoles (métiers du vêtement, métiers du cuir, décoration merchandising) dont ils sont issus vont fusionner pour n’en faire plus qu’une qui formera une école dédiée à la Mode et à la Décoration.

Les enjeux de cette création d’école sont multiples :

– faire émerger une école avec sa propre identité – et non la somme de trois écoles,
– tout en conservant l’identité propre de chacune des filières,
– fédérer les enseignants autour d’un projet neuf et enthousiasmant,
– adopter une pédagogie innovante afin de se distinguer sur un marché de plus en plus concurrentiel.

Cette création d’école est un beau projet, enthousiasmant et stimulant. Tout est à créer, tout est à construire. Des angoisses émergent pourtant, car la réalité diffère souvent de l’imaginaire.
Septembre 2013. Deux écoles (métiers du vêtement et décoration merchandising – DM) se trouvent physiquement dans les mêmes locaux. Les conditions matérielles ne sont pas idéales pour le moment, car il y a encore beaucoup à faire pour établir la nouvelle école. Les travaux d’aménagement des locaux ne sont pas terminés, ils impliquent des changements de salles dans lesquelles on ne peut donc pas s’installer. Les enseignants et les étudiant-e-s et le personnel administratif sont répartis sur plusieurs étages et ont des difficultés à se voir – cela devrait changer ultérieurement. Il n’y a pour l’instant pas de lieu dédié au travail individuel, en groupe (type bibliothèque) ni de lieu pour la vie étudiante ; ceci est prévu pour la rentrée 2014. L’agencement de l’espace de travail est une donnée importante qu’on peut avoir tendance à négliger en pédagogie. Ce qui est dommage. On peut certes avancer qu’il est toujours possible d’innover pédagogiquement quels que soient les locaux, mais certaines configurations rendent cette innovation définitivement plus simple à mettre en place. Pour cette école qui commence, une opportunité est à saisir : il serait possible dès aujourd’hui d’aménager l’espace en vue de pratiquer une pédagogie innovante. C’est en ce sens qu’il a été décidé la création des trois espaces évoqués plus haut.

Le bâtiment semble impliquer une logistique compliquée qui rend certaines requêtes pratiques peu accessibles, il faudra trouver sa place, trouver ses repères, cela prend bien sûr du temps. Pour finir, les personnels sont très chargés par le travail d’adaptation à la nouvelle structure et sont forcés de gérer des questions opérationnelles urgentes, au détriment de la pédagogie.

Dans ces conditions, comment, dès aujourd’hui, faire se rencontrer les étudiant-e-s des deux filières ? Comment les faire travailler ensemble ? Comment les faire partager leurs connaissances et s’enrichir les uns des autres ?

C’est à ces enjeux que le projet de Mutualisation des cours d’anglais va essayer d’apporter des éléments de réponse. Il semble en effet plus aisé dans un premier temps de faire travailler les étudiant-e-s sur des matières générales que sur leur domaine de spécialisation (même si un échange est prévu ultérieurement également).

La mutualisation des cours d’anglais – comment se déroule ce dispositif ?

Il concerne au total 73 étudiant-e-s – 36 mode (1ère année) et 37 merchandising (18 1ère année et 19 2ème année) – et cinq enseignants vacataires. Deux managers pédagogiques se chargent de l’encadrement.

Le dispositif propose aux étudiants de préparer deux conférences en anglais (thème mode puis thème merchandising). La première a lieu en novembre, la deuxième en février.

Les étudiant-e-s sont répartis dans des groupes de niveau suite à un test d’anglais écrit classique (type TOEFL). Cinq groupes ont été formés, deux groupes de conférenciers (niveau plus élevé) et trois groupes d’auditeurs (niveau moins élevé).

Les conférenciers choisissent des thèmes et travaillent par groupe de 4 ou 5 étudiants. Les cinq cours d’anglais mutualisés ont lieu le mardi, de 14h à 17h, au même étage du bâtiment.

Que recouvre exactement « la mutualisation des cours d’anglais » ? Qu’est ce qui est mutualisé ? Ici, il s’agit du fait que les étudiant-e-s ne sont pas répartis en cours d’anglais en fonction de leur filière, mais en fonction de leur niveau. Jusqu’à présent, des groupes de niveaux étaient constitués au sein de chaque filière. La nouveauté est donc que les étudiant-e-s des métiers du vêtement seront ainsi mélangé-e-s avec des étudiant-e-s DM et devront travailler ensemble. Les résultats des tests montrent finalement que les étudiant-e-s mode sont majoritairement dans les groupes 1 et 2 et les étudiant-e-s merchandising dans les groupes 4 et 5. Seul le groupe 3 est également mélangé.

Lors d’une réunion à laquelle participent les deux managers pédagogiques, trois enseignants (les deux autres ont eu un empêchement) et moi-même, le dispositif est affiné. Les enseignants ont été mis au courant de l’organisation générale. C’est la question de l’évaluation qui est principalement abordée et qui occupera l’essentiel de la réunion : la pression de produire des notes, d’évaluer, de mesurer est très présente. Elle répond à une obligation de résultat à laquelle est tenue l’équipe enseignante vis à vis de l’institution, des élèves et de leurs parents. Il est peut-être regrettable que cela prenne autant de place, au détriment de l’organisation du dispositif en lui-même.

Les groupes 1 et 2 seront évalués sur leur prestation lors de la conférence. Les groupes 3, 4 et 5 seront évalués sur une question à poser aux conférenciers (une question par étudiant-e). Cette question devra être préparée en cours, dès que les thèmes seront transmis. Je m’interroge intérieurement sur le caractère artificiel de cette organisation : il me semble difficile de préparer à l’avance une question qui devra être posée à un moment pertinent de la conférence ; le repérage par les enseignants des personnes qui posent des questions me semble également délicat. Je préfère me taire, tout le monde est dans l’action, les choses avancent, il faut laisser les choses se faire, se lancer. D’autre part, le vocabulaire nécessaire à la compréhension de chaque conférence sera listé par les conférenciers et transmis aux auditeurs afin de pouvoir l’étudier et l’assimiler. Afin de faire davantage travailler les auditeurs, il est proposé qu’ils fassent un mini rapport des conférences : résumé et opinion argumentée.

Des grilles d’évaluation sont élaborées par l’équipe pédagogique. Seuls deux enseignants seront présents lors de la conférence et seront chargés d’évaluer les conférences et les questions posées par les auditeurs-trices.

Le professionnalisme et l’efficacité de l’équipe sont à noter. Les échanges sont constructifs, positifs, les personnes sont motivées pour avancer, sont forces de proposition et impliquées dans le projet. Tout le monde fait preuve de bonne volonté et d’une envie de donner du sens au projet. Il est très agréable de travailler dans ces conditions.

Pour autant est-ce que cette organisation suffira pour que les étudiant-e-s fassent connaissance, travaillent ensemble et s’enrichissent les uns des autres ? Est-ce que la mutualisation des cours d’anglais telle qu’elle est proposée ici permettra une mutualisation des apprentissages ? Est-ce que l’avantage économique que le dispositif représente ne risque pas de prendre le pas sur l’avantage pédagogique ?

Les porteurs du projet pédagogique de l’école souhaitent favoriser l’apprentissage mutuel à travers des dispositifs tels que celui-ci.

L’apprentissage mutuel – j’enseigne à un-e autre et j’apprends d’un-e autre – serait en effet un des moyens de réaliser l’unité de la jeune école ; de permettre l’émergence d’une identité nouvelle ; de proposer aux étudiant-e-s (et aux enseignant-e-s) de travailler autrement et d’être davantage maitre de ses apprentissages. C’est donc à travers le prisme de l’apprentissage mutuel que cette expérimentation pédagogique sera observée.

L’apprentissage mutuel est généralement absent des modèles traditionnels d’éducation en France. Il remet en cause de nombreux allants de soi – ne serait-ce que le pouvoir de l’enseignant par rapport au savoir et à sa transmission. Il semble raisonnable de dire que des signes d’apprentissage mutuel observés lors de la mise en place d’un dispositif voulu par l’institution montreraient un degré certain d’innovation pédagogique – ou de réelle volonté d’innovation pédagogique.

Le « kick off » ou lancement du dispositif – c’est parti !

Ma première rencontre avec les étudiant-e-s a lieu lors du lancement du dispositif. Un manager pédagogique en fait une présentation solennelle devant un amphithéâtre attentif.  Nous sommes anxieux : comment les étudiant-e-s vont accueillir ce projet ? Ils-elles prennent assez facilement la parole pour poser des questions intéressantes et pertinentes. On note cependant une appréhension de certain-e-s : l’idée de parler en anglais devant un amphithéâtre de pairs et d’être évalué-e-s sur cette performance est impressionnante. Ils-elles sont néanmoins visiblement impliqué-e-s. Je me présente et explique mon rôle dans cette expérimentation. Je propose à celles et ceux qui le souhaitent de participer à des entretiens avec moi sur cette expérimentation. A ma grande joie, sept étudiantes se portent volontaires. En me donnant leurs coordonnées, l’une d’entre elles dit: « C’est super qu’on nous demande notre avis. On a déjà eu d’autres expériences, donc on a des choses à dire. On peut comparer ».

En échangeant avec les managers pédagogiques et les enseignants d’anglais, je note une certaine appréhension à mélanger les deux filières. Les étudiant-e-s des métiers du vêtement sont recruté-e-s à bac+3. En outre, ils-elles ont souvent eu des expériences professionnelles – ils-elles ont entre 22 et 28 ans. Les étudiant-e-s de DM sont recruté-e-s post bac. Certain-e-s ont donc à peine 19 ans. Cette différence d’âge inquiète car elle peut signifier des écarts de maturité qui s’avèrent parfois compliqués à gérer.

Les cours commencent. J’en observe deux : un cours de niveau avancé (les « conférenciers ») et un cours de niveau intermédiaire (les « auditeurs »).

Quand je rentre dans la salle de classe, je me sens immédiatement renvoyée à l’époque de mes études – il y a une vingtaine d’années. La salle de classe est traditionnelle, avec des rangées de tables et de chaises, un bureau pour l’enseignant, un tableau. Les murs sont nus. Seuls changements, l’ordinateur relié à Internet et le vidéo-projecteur.

(cc) Sybille Grandamy (05/11/2013)

A part cet unique ordinateur, l’enseignant est donc la seule source de connaissances à disposition des étudiant-e-s dans cette classe. Difficile donc d’individualiser les apprentissages, de favoriser un travail de recherche et de tâtonnement – individuel ou en groupe.

Cette classe n’est pas unique en son genre. La classe de 2013 affirme toujours aussi fort que celle de 1993 que l’enseignant est le seul détenteur du savoir.

(cc) Sybille Grandamy (05/11/2013)

Le niveau des conférenciers est très bon. Les étudiant-e-s s’expriment couramment en anglais, tout le cours se passe entièrement en anglais, sans appréhension. On sent une aisance et un plaisir à parler cette langue. Pendant le travail de groupe pour préparer la conférence, je note que certains groupes continuent même de parler en anglais entre eux – chose rare…

Quelques thèmes choisis pour cette conférence :

–   influence of musical artists in fashion (l’influence des artistes de musique dans la mode)

–   the history of high heel footwear : are high heels women’s best friend ? (l’histoire de la chaussure à talon : les hauts talons sont-ils les meilleurs amis de la femme ?)

–   how to launch a French lingerie brand in China and Saudi Arabia (comment lancer une marque de lingerie française en Chine et en Arabie Saoudite ?)

–   innovation in men’s wear (l’innovation dans la mode masculine)

– paper women : the representation of women in fashion (la ‘femme-papier’ : représentation de la femme dans la mode)

–   the fashion blogosphere (les blogs dédiés à la mode)

Le groupe de niveau intermédiaire a plus de difficultés à l’oral. Les étudiant-e-s s’expriment en français. L’enseignante parle essentiellement en anglais, en traduisant parfois quelques expressions quand elle le juge nécessaire. On sent clairement chez la plupart des étudiant-e-s une réticence, une certaine angoisse vis à vis de cette langue étrangère. Mais aussi comme une résignation, l’idée peut-être que l’étiquetage selon le niveau leur dit qu’ils ne feront jamais partis des bons, qu’ils sont les ‘laissés pour compte’ en anglais. Ce sont des étudiant-e-s de « l’avant-dernier » groupe. Est-ce que cette répartition par niveau leur permet vraiment d’évoluer, de s’autoriser à progresser, de se dépasser ? Je ne sens pas de désir, de joie, d’enthousiasme….

Mais qu’en pensent les étudiant-e-s ?

Lors d’un entretien collectif avec les étudiantes qui s’étaient portées volontaires pour échanger sur cette expérimentation, je découvre le dispositif vu par les étudiant-e-s. L’entretien est court (1h) car il est difficile de trouver une plage horaire qui convienne à toutes. Sont présentes :

–     une étudiante mode auditrice (groupe 3)

–     une étudiante merchandising auditrice (groupe 4)

–     deux étudiantes mode conférencières (groupe 1)

–     une étudiante merchandising conférencière (groupe 2)

Tous les cas de figure sont ainsi représentés.

Cet entretien est très apprécié par les étudiantes. Elles ont des choses à dire et sont heureuses qu’on leur donne la parole. J’ai leur ai dit que je souhaitais regarder ce dispositif sous l’angle de l’apprentissage mutuel.

Il apparait immédiatement que le dispositif ne permet pas aux étudiants de se connaitre et de travailler ensemble.

Auditrice Mode : ‘On est avec eux, mais on est pas avec eux. Moi je suis dans une classe où il y a 50-50 de chaque filière. On se parle pas, on se connait même pas, on connait même pas les prénoms des autres. C’est un peu dommage parce que du coup, il n’y a pas de lien… On sent qu’il y a un effort pour rapprocher les écoles, mais au final… on fait acte de présence avec les autres.’

Conférencière Mode : ‘En fait, là, on a du mal à voir ce que ça nous apporte parce que d’un point de vue des connaissances, bon, on parle anglais, mais eux, leurs connaissances en merchandising, ça nous apporte rien en cours d’anglais et nous on peut rien leur apporter en cours d’anglais. Donc…’

La séparation des étudiants en groupes de conférenciers d’un côté et groupes d’auditeurs de l’autre côté est perçue en terme de charge de travail, qui semble répartie de façon assez inéquitable :

Auditrice Mode : ‘moi je suis contente parce que je me retrouve dans le groupe où j’ai moins de travail à faire. c’est bête, c’est idiot, mais c’est comme ça. Elles sont tombées dans des groupes où elles ont plus de travail, une charge de travail plus importante, elles ont un niveau de difficulté sur lequel elles vont être notées qui est plus important. Nous on a une question, une seule question à préparer, moi ça me fait doucement rire… Parce que j’ai pas un super mauvais niveau non plus, je me débrouille bien à l’oral…’

Le test de niveau à l’écrit est remis en question, car le travail demandé est essentiellement oral.

Conférencière Merch : ‘C’est vrai que les groupes de niveau ont été faits par écrit seulement, et par exemple j’ai pu parler à des gens du groupe le plus élevé qui ne sont pas du tout à l’aise à l’oral et en fait y’a une différence énorme entre l’oral et l’écrit. Et donc tout le monde n’est pas au même niveau, ceux qui sont forts à l’écrit le sont pas forcément à l’oral et pourtant ils sont dans les groupes élevés et du coup, comme les cours, c’est que de l’oral, on fait à peine de l’écrit, ils ont du mal, parce qu’ils savent qu’ils sont dans le cours le plus élevé, et ils sont dérangés par rapport à ça.’

En parlant d’apprentissage mutuel, des idées émergent…

Conférencière Mode : ‘Ce qui aurait été super, moi je pensais qu’ils allaient nous dire voilà vous avez une présentation à faire, y’a des bons groupes, y’a des moins bons groupes, vous allez vous mélanger pour faire une présentation, et là y’a un vrai échange mutuel qui se fait parce que du coup y’avait vraiment une communication’

Le noeud reste néanmois la répartition par groupes de niveau, traditionnellement constitués ainsi en cours de langues. L’échange qui suit montre les peurs, les angoisses nées du focus si important mis sur le niveau de l’élève dans la langue cible.

Auditrice Merch : ‘Au début ça aide parce que là du coup on revoit un peu les bases et donc pour un groupe de même niveau, ça permet de se réhausser tous, être plus à l’aise. C’est vrai que ça pourrait être bien de faire un cours tous ensemble pour créer une liste de vocabulaire commune mais pas forcément tous les cours. Et pas au début, parce qu’au début y’en a qui ont besoin de relever leur niveau. (…) Au début, c’est bien d’être avec les gens de même niveau parce qu’on se juge pas. On aurait eu plus peur de parler.’

Moi : Quel est le risque ?

Auditrice Merch : ‘Ben d’avoir peur de parler.’

Moi : Qu’est-ce qui se passerait si vous parliez ?

Auditrice Merch : ‘Ben du coup, on sait qu’ils sont meilleurs que nous et que du coup ils peuvent nous juger.’

Conférencière Mode : ‘C’est le reliquat de collège et de lycée. En général les bons étaient mis sur un piédestal par rapport au prof, et dès qu’il y en a un qui voulait participer mais qui n’avait pas la bonne prononciation, on le descendait plus bas que terre, moi c’était mon cas, et à la fin je voulais plus participer parce que j’en avais marre qu’on se moque tout le temps de moi et que la prof s’en fiche complètement alors que je faisais l’effort de surmonter ma timidité et de parler. Je peux comprendre.

Maintenant, si on est par niveau, ça aurait peut-être été un petit peu intéressant d’avoir un ou deux étudiants du niveau supérieur, ça motive, ah ben mon objectif c’est d’arriver à être comme lui. Ca m’aiderait d’avoir quelqu’un qui a un niveau 0 (supérieur à 1) – je dois arriver à son niveau, ça m’aiderait, comme ça j’ai une comparaison- qu’on a pas du coup.

Auditrice Mode : ‘Moi je pense pas du tout comme vous. Moi je trouve que la répartition par niveau elle est très bien.’

Moi : Pourquoi ?

Auditrice Mode : ‘Parce que justement ça permet à chacun de s’exprimer dans son niveau d’élocution et de ne pas avoir peur du regard des autres. Ça permet de mettre à l’aise les plus faibles.’

Moi : Donc c’est uniquement ça le problème ?

Auditrice Mode ‘C’est uniquement ça.’

Moi : Donc si ce problème disparaissait, la peur de l’autre…?

Auditrice Merch : ‘Bien sûr on pourrait se mélanger, justement, créer ensemble les listes de vocabulaire, les questions….’

Auditrice Mode : ‘…Et faire les conférences ensemble.’

Auditrice Merch : ‘On apprend des plus forts, du coup on apprendrait plus, peut-être, mais il faut avant avoir des cours pour les plus faibles.’

La peur du regard de l’autre est palpable dès qu’il s’agit de s’exprimer dans une langue étrangère. Même en s’imaginant en sécurité, l’étudiante auditrice merchandising confirme qu’il faudrait des cours pour les plus faibles. Quand jugera-t-elle qu’elle aura atteint un ‘bon niveau’ ? Sera-t-elle un jour au ‘bon niveau’ ? Quand pourra-t-elle s’autoriser à dire ce qu’elle a à dire, avec son anglais à elle, devant une audience qu’elle juge meilleure qu’elle ?

Il me semble que seul un véritable travail ensemble, tous niveaux confondus, parviendrait à lui permettre de constater que son niveau d’anglais est correct, qu’il lui permet, avec l’aide des autres, de dire à peu près ce qu’elle veut dire, mais surtout que cette langue n’est qu’un outil d’expression, qu’il faut réussir à l’utiliser et à s’en détacher, car elle n’est qu’un medium à travers lequel cette étudiante pourra aussi être un sujet qui pense, qui s’exprime, et qui crée.

Le dispositif est embryonnaire, il commence tout juste. Il va évoluer, chacun va trouver ses marques, la réflexivité va opérer. Elle se fera d’autant mieux si, parmi les difficultés, des réussites et des joies apparaissent, car elles sont les meilleures fédératrices autour d’un projet. La volonté d’innover pédagogiquement de cette équipe est louable à double titre. D’une part elle implique tâtonnements, erreurs, retours en arrière, changements, doutes, ce qui peut parfois être inconfortable, même si très stimulant. D’autre part, le contexte dans lequel tout cela prend place n’est pas encore stabilisé, l’école est littéralement en construction, il y a beaucoup de travail opérationnel prioritaire. C’est donc une véritable prouesse de parvenir à mener les deux fronts parallèlement.

Suite au prochain épisode…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *