Archives de catégorie : ESSEC (commerce)

La construction d’une collaboration avec les étudiant·e·s

image genre et apprentissage

A l’étape précédente, la méthodologie de la recherche envisagée correspondait à la demande des porteurs de projets telle qu’elle avait été formulée au tout début du dispositif : pour eux, il était clair que l’expérimentation devait avoir lieu à partir de SimTrade. Même si dans un premier temps j’avais formulé la proposition d’une seconde méthodologie, plus en phase avec l’aspect « gender & learning » qui s’appuierait sur une collaboration avec les étudiant·e·s, en travaillant à l’élaboration de l’outil d’analyse selon les critères de la problématique envisagée, nous avons laissé de côté la question de faire participer les étudiantes à l’élaboration du dispositif de recherche.

Rétrospectivement, il me semble que plusieurs facteurs expliquent que nous n’ayons pas intégré d’emblée les étudiantes dans le dispositif. Je sentais une certaine résistance de la part des porteurs de projet à cette intégration et il m’a semblé que l’imposer serait tout à fait contre-productive. Aussi cette résistance est à relativiser dans la mesure où c’est ma façon de nommer le peu de réceptivité  à cette proposition de la part des porteurs de projet, dans un premier temps. Nous avions déjà à élaborer ensemble le travail, apprendre à nous connaître et sans doute aussi nous tester mutuellement. Impliquer les étudiantes dans cette entreprise de tâtonnement respectif pouvait sembler une prise de risque inutile (développement dans le rapport). Par ailleurs, d’un point de vue très pragmatique, il fallait bien commencer par quelque chose et la première étape envisagée avait clairement été énoncée comme celle devant nous faire travailler sur SimTrade en tant que dispositif principal de la recherche. Aussi il me semble que le chercheur collectif que nous constituions François-Estefania-Virginie a cette caractéristique (et donc ce biais) que nous sommes tous les trois enseignants-chercheurs. Ainsi le dispositif que François et Estefania proposaient ressemblait davantage à un processus de recherche « classique » : construire une recherche sur la base des pratiques de trading des étudiant∙e∙s en situation de simulation, exploiter les résultats de la recherche et en faire une restitution auprès des étudiant∙e∙s.

Mais il manquait la recherche-action en tant que telle, c’est-à-dire un processus réflexif portant non pas seulement sur les pratiques des étudiantes mais sur la pratique pédagogique elle-même : pas uniquement à l’échelle de l’enseignement du cours en tant que tel, mais à celle plus macro de sa signification dans l’apprentissage professionnel des étudiant∙e∙s, futurs acteurs et actrices du monde professionnel de la finance. Ce biais a sans doute été pris parce que dans ma propre pratique de recherche je suis plus proche d’un dispositif « classique », j’étais donc aussi moi-même dans mon « élément » (travailler à partir des pratiques des pratiques des individus sans chercher à agir sur le dispositif). Or, lors d’un séminaire de restitution au CIRPP j’ai mesuré que la question du chercheur collectif m’avait en partie échappée. Pas complètement puisque notre trio Estefania-François-Virginie est déjà la tentative de constituer un chercheur collectif mais nous le faisions classiquement top-down, c’est-à-dire sans penser à impliquer les étudiant∙e∙s dans la construction du dispositif de recherche.

Une enquête auprès des étudiant∙e∙s à partir de SimTrade

A travers l’exploitation de données recueillies par SimTrade, un logiciel permettant la simulation du trading conçu par François Longin, professeur de finance de l’Essec, l’objectif initial de la recherche-action « genre et apprentissage » est de comprendre l’impact du genre sur les processus d’apprentissage et les comportements financiers des étudiant∙e∙s de l’Essec. L’expérimentation est conduite auprès des étudiant∙e∙s de première année (400) suivant le cours de Gestion financière de l’enseignant.

Vignette sim trade

Elaboration de l’outil d’analyse selon les critères de la problématique envisagée
Pour rappel : L’objectif de SimTrade tel qu’il a été pensé par son concepteur est pédagogique : « faire comprendre les marchés financiers et apprendre à intervenir sur les marchés. De façon fictive mais réaliste, le SimTrader peut passer des ordres de bourses pour acheter ou vendre des actions d’une entreprise dans le cadre de scénarios prédéfinis et reproductibles. L’originalité de SimTrade est de simuler non seulement les ordres passés par le SimTrader mais aussi le comportement des autres traders ainsi que l’évolution du prix des actifs financiers ». C’est une sorte de jeu interactif en milieu boursier qui sert également d’évaluation de l’enseignement du cours de Gestion financière.

Estefania, professeure d’Economie, et François ont élaboré une première version de la simulation. Dans cette première variante, parmi les événements de la simulation, ils ont incorporé un événement genré : la « Nomination d’une Directrice Générale » à la tête de l’entreprise SunCar (qui est au cœur de la simulation) et qui apparaît pour le simulateur à 10h40 (le temps de la simulation est d’une dizaine de minutes censé condenser une journée de marché). Une fois cette variante de la simulation finalisée, les deux porteurs du projet souhaitaient construire une autre variante : « Nomination d’un Directeur Général » pour « tester l’effet genre ». En termes de recherche, leur idée est de voir comment les SimTraders (les étudiant∙e∙s) réagissent à cet événement genré : vont-ils vendre ou acheter des actions ? Au bout de combien de temps ? et dans quelles proportions ? Y-a-t-il une différence de réactions entre les SimTraders hommes ou les SimTraders femmes ?

L’événement genré n’était pas suffisant de mon point de vue : le risque était de réitérer des résultats qu’on connaît par ailleurs (i.e. la présence des femmes perçues comme moins compétentes fait baisser la confiance du marché). Or, dans une perspective pédagogique de recherche-action, il ne s’agit pas tant de produire des résultats sur les comportements supposés sexistes des étudiant∙e∙s de l’Essec (on fait l’hypothèse que la nomination d’une femme à la tête de l’entreprise fait baisser leur confiance) que de proposer une compréhension (certes à plus long terme) des enjeux du genre. Il m’a alors semblé important de poser d’emblée le genre comme une problématique, c’est-à-dire une boîte à outils qui nous servirait pour d’abord observer autrement (et peut-être penser et agir autrement ensuite) le monde social. En effet, le genre ce n’est pas « la femme » (ou « l’homme »), ça ne désigne pas le sexe d’un individu, c’est un attribut social (≠nature) et un attribut social parmi d’autres. Le genre s’inscrit dans un ensemble de rapports sociaux : « une femme » en soit cela ne signifie pas grand-chose. Il est nécessaire de situer cette femme dans un espace social plus large (en termes d’âge, de niveau de diplôme, de CSP, d’expérience professionnelle, d’origine sociale, de religion, etc.).

image 2 genre apprentissage

Dans cette perspective mon idée est de mener les porteurs du projet à interroger les représentations du genre (mais pas seulement) dans le monde de la finance : le rôle de la vie privée, des liens personnels, ont-ils un impact sur le marché ? Il s’agit d’envisager le trader comme un individu (homme ou femme) lui aussi situé socialement, et non pas seulement comme un individu « neutre et rationnel », qui agirait uniquement dans une perspective « logique » coût-bénéfice.

Nous avons donc convenu de travailler à donner de nouvelles informations pour complexifier les personnages de la simulation, à jouer également sur les stéréotypes de genre, à trouver des attributs (qui constituent pour la recherche des variables dépendantes) qui font varier la « disponibilité » et l’investissement professionnels (ie. nommer une femme DG sans enfant avec un profil professionnel prestigieux et un homme DG avec une expérience moindre que son alter ego femme, ayant des enfants et dont la compagne aurait par exemple une profession demandant tout autant d’investissement professionnel – voire plus – que la sienne etc.). Et nous avons travaillé à l’élaboration de ces nouveaux profils en créant des couples (H/F) où varient la disponibilité 1)professionnelle de l’homme et de la femme (en fonction de la position sociale occupée par chacun∙e dans la hiérarchie professionnelle) et 2) familiale (en fonction de l’âge et de la présence d’enfants à élever). Complexifier l’événement genré en le lestant de données sociologiques a pour objectif pédagogique de faire percevoir le genre comme une combinaison d’attributs sociaux dont il est question plus haut – et qui dépassent de loin la question binaire du sexe des individus. Malheureusement, pour des raisons de timing liées à la programmation informatique du logiciel SimTrade et à la nécessité que celui-ci soit opérationnel pour la période du cours de Gestion financière (mars-avril 2015), seul le niveau 1 (homme DG ou femme DG) a été testé. (Le niveau 2 comportant 6 variantes de couples sera développé l’année prochaine).

Recueil et exploitation des données

Tel quel, le dispositif de la recherche s’appuyant sur les simulations effectuées sur le logiciel SimTrade par les étudiant∙e∙s m’a paru insuffisant : on peut certes exploiter les données recueillies par les simulations mais pour un résultat très descriptif. Or il nous a semblé plus intéressant de « faire parler » les résultats de ces simulations, c’est-à-dire d’en donner des pistes d’interprétation, de fournir un caractère plus analytique à la recherche, quand bien même exploratoire. Ainsi, dans un second temps de l’élaboration de l’outil d’analyse, le travail a consisté en la préparation d’un court questionnaire à remplir par les étudiant∙e∙s en fin de simulation. Ce questionnaire permet 1) de situer a minima les SimTraders avec des données telle que l’âge, le sexe, le diplôme (type de Baccalauréat) et les études précédant l’entrée à l’Essec (les étudiant∙e∙s de première année ont habituellement effectué deux, voire trois années de prépa en amont) ; 2) de contextualiser les données recueillies : les réponses au questionnaire doivent nous permettre de savoir si le résultat de la simulation est un « pur hasard » dû au jeu aléatoire de la simulation ou bien s’il est issu d’un raisonnement dont la restitution nous permet de comprendre le cheminement, le jugement, les normes et les croyances du SimTrader. Nous privilégions bien entendu la deuxième hypothèse. Pour ce faire, nous avons élaboré plusieurs questions nous permettant de vérifier que l’événement (la nomination d’une femme à la tête de l’entreprise), qui intervient pendant la simulation a bien été compris. De mesurer les perceptions du SimTrader relatives à l’impact de cette nomination sur l’entreprise et sur le marché ; l’évolution du cours de bourse suite à cette nomination et les justifications qu’en donne le SimTrader. Enfin, de connaître quelle a été sa propre action (vente/achat/néant) et les motivations qu’il ou elle en donne. Nous avons par ailleurs pris soin de rédiger un texte contextualisant la recherche et présentant les modalités du questionnaire et discuté longuement des conditions de la simulation : est-ce que ce devait être un exercice chez soi ou en situation d’examen ? Libre ou obligatoire ? Au final nous avons opté pour un exercice obligatoire mais à réaliser hors situation d’examen (au moment choisi par l’étudiant∙e).

Les résultats de cette recherche (en cours d’exploitation) feront l’objet d’une restitution auprès des étudiant∙e∙s. Ils sont intéressants pédagogiquement parce qu’ils permettront d’une part de leur expliciter un dispositif de recherche (leurs professeur∙e∙s ne sont pas que des enseignant∙e∙s mais aussi des chercheur∙e∙s) : qu’est-ce qu’une recherche, comment ça se construit, à qui et à quoi ça sert, etc. Mais aussi de présenter des résultats à partir des pratiques des étudiant∙e∙s, c’est-à-dire à partir de leur propre manière d’agir et de penser. Enfin ils doivent fournir des outils de compréhension qui conduisent à regarder le « marché financier » comme un monde social parmi d’autres. Les règles du marché ne sont pas que celles de la gestion ou des mathématiques… elles s’organisent – de manière sans doute moins visibles parce que rarement mises au jour – autour de fonctionnements, de conditionnements qui prennent racine sur d’autres scènes sociales. L’idée ici est de se servir de la problématique du genre comme des lunettes à chausser pour nous faire voir autrement la scène qui se déroule devant nous. Comme dans un théâtre de verre, nous nous apercevrons que ce qui se ce qui se déploie sur la scène est activé par tout une série de mécanismes habituellement cachés à la vue des spectateurs et des spectatrices, comme à celle des acteurs et actrices quand ils sont sur scène.

L’impact du « genre » sur le marché financier

Contexte et problématique pédagogique initiale

La recherche-action « Gender, learning and finance » est menée en collaboration avec deux professeurs de l’ESSEC[1] : François Longin, professeur au département Finance et Estefania Santacreu-Vasut, professeure au département Economie (porteurs du projet). Elle a donné lieu à deux rencontres (outre celle de présentation à la CCI du 4 novembre 2014) : la première le 18 novembre 2014, la seconde le 19 décembre 2014. Ces rencontres m’ont permis de mieux définir les contours du dispositif d’expérimentation et la demande des porteurs du projet. Ce dernier a pour objectif « de s’intéresser à l’impact du genre au niveau du processus d’apprentissage et au niveau du comportement financier » et s’appuie sur un logiciel (conçu par François Longin comme un outil d’apprentissage des marchés financiers) – SimTrade – qui propose notamment des simulations de trading (passer un « ordre » d’achat ou de vente sur un marché financier) aux étudiant·e·s et à toute personne extérieure (le logiciel est accessible à n’importe qui mais nécessite néanmoins l’attribution d’un code d’accessibilité, il faut donc s’enregistrer pour y accéder). A l’heure actuelle il me semble que le projet (la demande) est plus proche de « Gender & finance » que de « genre et apprentissage ». L’objectif est de comprendre l’impact du genre sur les comportements financiers, à travers l’exploitation des données recueillies par SimTrade, c’est-à-dire à partir des simulations effectuées par les étudiant·e·s sur le logiciel.

 

Description du dispositif d’expérimentation et attendus des porteurs du projet (I)

Contexte de la recherche-action : le monde (pédagogique) de la finance

La première demande qui m’a été formulée était « de connaître [mes] impressions sur SimTrade », que j’ai interprétée comme un besoin de retour critique sur le logiciel et donc sur la méthodologie que les porteur de projet souhaitent employer pour répondre à leur problématique (impact du genre sur les comportements financiers). Plus largement leurs attentes étaient que je donne mon avis (expertise) sur « la cohérence entre le thème de recherche (Gender, learning and finance) et la méthodologie utilisée (simulations SimTrade) ». En reformulant, la question de départ est : est-ce que la méthodologie employée est la bonne pour répondre à leur problématique ?

  • Dans un premier temps il m’a semblé difficile de m’attaquer à l’outil en tant que tel puisque pour les porteurs du projet il est clair que c’est à partir de SimTrade que l’expérimentation doit avoir lieu. J’ai donc plutôt opté pour une critique non pas de l’outil mais de ses limites au regard de la problématique posée. Ce faisant, je n’ai pas tant touché à l’outil qu’à la problématique. (voir plus bas).
  • Dans un deuxième temps (qui reste à déployer) mon intervention a consisté à proposer une seconde méthodologie, plus en phase avec l’aspect « gender & learning » qui s’appuierait sur une collaboration avec les étudiante·s pour construire des « scenarios SimTrade ».

Un dispositif d’expérimentation à partir d’un logiciel pédagogique de trading

Pour comprendre le dispositif d’expérimentation dont l’outil principal (pour les porteurs du projet) est un logiciel il me faut rapidement rendre compte de cet « outil » puisqu’il constitue mon entrée dans le dispositif.

SimTrade est une plate-forme (site internet) de simulation pour apprendre/pratiquer le trading, c’est-à-dire des opérations d’achats et de ventes sur différents types d’actifs (= monnaie, contrats d’assurance, valeurs mobilières, maisons, terrains) ayant pour but la réalisation d’un profit et s’appuyant sur la spéculation[2]. Ces opérations sont effectuées par des traders qui les négocient à partir de la salle des marchés d’une institution financière. Le logiciel offre donc la possibilité au « joueur » de se retrouver en situation telle qu’elle est sensée se dérouler dans une salle des marchés. « L’objectif de SimTrade est pédagogique : faire comprendre les marchés financiers et apprendre à intervenir sur les marchés. De façon fictive mais réaliste, le SimTrader peut passer des ordres de bourses pour acheter ou vendre des actions d’une entreprise dans le cadre de scénarios prédéfinis et reproductibles. L’originalité de SimTrade est de simuler non seulement les ordres passés par le SimTrader mais aussi le comportement réaliste des autres traders ainsi que l’évolution du prix des actifs financiers », c’est donc une sorte de jeu interactif en milieu boursier.

Estefania et François ont élaboré une première version de la simulation. Dans cette première variante, parmi les événements de la simulation, ils ont incorporé un événement « genré » = « Nomination d’une Directrice Générale » à la tête de l’entreprise SunCar (qui est au cœur de la simulation) et qui apparaît pour le simulateur à 10h40 (le temps de la simulation est d’une dizaine de minutes censée condenser une journée de marché). Une fois cette variante de la simulation finalisée, les deux porteurs du projet souhaitent construire une autre variante : « Nomination d’un Directeur Général » pour « tester l’effet genre ». En termes de recherche, leur idée est de voir comment les SimTraders réagissent à cet événement « genré » : vont-ils vendre ou acheter des actions ? Au bout de combien de temps ? Dans quelles proportions ? Y-a-t-il une différence de réactions entre les SimTraders hommes ou les SimTraders femmes ?

  • Leurs attentes pour la première réunion : « nous souhaiterions connaître vos impressions sur la simulation (le scénario, la place de l’événement genré, etc.). Quelles informations personnelles demander au SimTraders (nom, âge, etc) ».

Mon retour a consisté en quatre points :

  • Respecter la consigne : retour sur le logiciel

J’ai donc fait part de mes « impressions » concernant SimTrade. En particulier, l’aspect pédagogique. L’entrée dans l’application est très claire et pédagogique. (Le coup d’entrée dans le logiciel a néanmoins été important dans la mesure où je ne maîtrise rien du monde du trading et que ma connaissance du monde de la finance se limite à celle du sens commun). Je n’ai donc absolument pas commenté la pédagogie liée au trading mais celle à proprement parlé de l’apprentissage et de la manière de manier le logiciel. Sur ce point la page d’analyse « post-simulation » qui est censée rendre compte de ce qu’il s’est passé pendant la simulation (si ce que l’on a fait est bien ou pas et pourquoi) n’est pas du tout développée et ça me semble un aspect plutôt important d’un logiciel censé être pédagogique…

  • Déplacer la consigne : mettre le genre au centre

Sans faire un cours (mais un peu quand même) il a fallu passer un peu de temps à définir ce qu’on entend par « genre ». (Entrée massive des femmes sur le marché du salariat et le rôle de la contraception ont bouleversé les rapports sociaux de sexe. Importance de la perspective matérialiste, etc. Et le « tournant sexuel » – genre vs rapports sociaux de sexe-, actualité du « mariage pour tous » etc. Ce qui m’a donné l’occasion d’amener qu’un « événement genré » ça pourrait tout aussi bien concerner les hommes : quelles seraient les réactions du marché si la nomination du directeur général était un père gay par exemple ?

J’ai aussi insisté sur le fait que le genre était un attribut social (≠nature) et un attribut social parmi d’autres… pour introduire la perspective de l’intersectionnalité.

I m’a semblé que cette partie a été très « éclairante » pour eux (d’après les retours qu’ils m’ont faits). Ils veulent une revue de la littérature…

  • Revenir au dispositif et reformuler la manière dont on appréhende le genre

De mon point de vue « l’événement genré » (la nomination d’une femme à la tête de l’entreprise qui fait l’objet de la simulation) est en soi insuffisant. On sait déjà que les individus ne vont pas réagir de la même manière à la nomination d’une femme ou d’un homme… et ça n’apporte rien – d’un point de vue pédagogique – à la compréhension du genre. Pour dénaturaliser « l’événement » il faut donner à comprendre pourquoi la nomination d’une femme à la tête d’une entreprise est perçue comme un « risque » pour le marché… J’ai donc insisté sur la nécessité d’étudier la caractéristique du genre avec d’autres attributs sociaux et de l’importance de décrire le contexte. Les individus ne dont pas « juste » des hommes ou des femmes. J’ai commencé par donner l’exemple de l’âge et de la maternité (qui est davantage que le sexe, la problématique du genre dans le monde du travail – et ailleurs). Une femme de 35 ans avec des enfants en bas âge et une femme de 50 ans sans enfants à charge engendre des représentations différentes en terme de « disponibilité » professionnelle.

« Mathilde Ricart » (le nom de la DG nommé) n’est pas une information suffisante. Il faut de mon point de vue crée des « profils » qui permettent davantage de variations dans les résultats. Le genre ce n’est pas le sexe des individus… biais classique quand on ne comprend rien au genre.

J’ai donc encouragé les porteurs du projets à réfléchir à de nouvelles informations à donner pour complexifier les personnages, à jouer également sur les stéréotypes de genre, à trouver des attributs (qui constitue pour la recherche des variables dépendantes) qui font varier la « disponibilité » et l’investissement professionnels (ie. et si on nommait une DG sans enfant avec un profil « working girl » ++ et un DG (avec une expérience moindre que son alter ego femme), ayant des enfants et dont la compagne aurait une profession demandant tout autant d’investissement professionnel – voire plus – que la sienne etc.

Mon idée est de les encourager à réfléchir aux représentations du genre (mais pas seulement) dans le monde de la finance. Le rôle de la vie privé, les liens personnels, ont-ils un impact sur le marché ? le trader est aussi situé socialement…

Sur ce point j’ai senti que j’avais été d’une grande utilité (un monde s’est ouvert…).

  • Penser les pratiques de l’institution : le genre comme indicateur de la production et de la relation pédagogique à l’Essec

J’ai aussi proposé de réfléchir au fait que la répartition hommes/femmes au sein des étudiant·e·s de l’Essec était paritaire, or elle ne l’est pas dans le monde de la finance (j’ai demandé à me procurer les statistiques des débouchés professionnels des étudiant·e·s à la sortie de l’école), c’est-à-dire en creux de réfléchir à la production des inégalités de genre et à la réification des représentations du genre (comme rapport de domination) au sein même de l’institution. Je sais qu’un des derniers bastions professionnels masculins est le monde professionnel de la finance (un des rares secteurs de « prestige » à ne pas avoir été « féminisé »). C’est une piste qui a retenu leur intérêt mais je ne sais pas comment nous pourrons l’articuler avec leur projet en tant que tel.

Si je résume, mon « idée pédagogique » est d’utiliser leur envie de recherche « gender & finance » (qui a pour objectif lucratif la production d’un article académique si je comprends entre les lignes…) pour essayer de les faire réfléchir à leurs propres biais genrés dans l’enseignement de la finance… Ce n’est pas gagné !

Attendus des porteurs du projet (II) : production de scénarios par les étudiant·e·s (aspect Gender & Finance toujours)

La seconde demande qui m’a été faite porte sur la production de scénarios par les étudiant·e·s : le scénario SunCar a été produit par Estefania et François. Ils souhaitent par la suite faire produire des scénarios par les étudiant·e·s. Dans leur discours il s’agit « d’une autre façon d’étudier la problématique du genre » mais concrètement cette partie est totalement vide dans une perspective genre (et dans une perspective pédagogique tout court). François a rappelé qu’une simulation est basée sur un scénario… Il a mentionné Robert McKee « qui donne des formations pour écrire des scénarios pour le cinéma » et me renvoie à son livre bestseller Story et à son blog…

Je pense qu’ils ne voient pas comment faire travailler les étudiant·e·s à produire des scénarios genrés (puisque pour eux le genre se résume à homme/femme, ie. la production de leur « événement genré » consiste à faire intervenir la nomination d’un·e directeur/trice général·e).

  • Leur attente pour la première réunion était de discuter du protocole de production de scénarios par les étudiant·e·s.

Cette question m’a semblé trop prématurée. Avant de penser la production de scénarios avec les étudiant·e·s j’ai estimé qu’il y avait un certain nombre de points que nous devions discuter ensemble, notamment concernant leur propre manière de construire un scénario « genré » et de concevoir un « événement genré », c’est-à-dire en fait sur leur propre représentation du genre.

J’ai émis l’idée – mais je ne sais pas dans quelle mesure cela sera réalisable cette année – de mener une enquête avec les étudiant·e·s à propos de leur propres représentations du genre et du monde (ô combien genré) de la finance, et qui dans un second temps pourrait nourrir des scénarios pour le logiciel… Mon point de vue est que s’il n’y a pas de travail réflexif effectué en amont, les scénarios produits ne font que réifier à l’infini les catégories de genre et les représentations afférentes. Mon idée est de m’appuyer sur la réflexivité des étudiant·e·s, sur leur socialisation (genrée) et leur propre expérience genrée du monde pour penser des scripts alternatifs mais concevables.

[1] école de commerce (gestion et management) qui forme ses étudiant·e·s à devenir des animateurs/trices et des dirigeant·e·s du monde des affaires (banque, finance…).

[2] La spéculation vise à tirer profit des variations du marché par exemple en prenant le risque d’une variation inverse à celle attendue. Elle joue un rôle d’accélérateur des hausses ou des baisses enregistrées sur la valeur des actifs.

Un savoir du concret et du singulier ?

Notre enquête dans le contexte d’un cours de stratégie concurrentielle, dans le contexte d’une école commerce très renommée de la périphérie parisienne, s’est progressivement inscrite, du fait de la spécificité du dispositif mis en œuvre – site internet, vidéos mais aussi correspondance mail soutenue avec les étudiants de la part de l’enseignant – dans une problématique qui concerne très largement, en sciences de l’éducation, les effets de l’usage des technologies de l’information et de la communication dans les contextes pédagogiques. Dans le cadre de notre accompagnement du dispositif d’auto-évaluation mis en œuvre par OF, nous avons décidé d’adresser aux étudiants un questionnaire concernant leur usage de ce dispositif et le/les bénéfices qu’il pensent en retirer. La classe s’est montré coopérative, et nous avons obtenu un nombre satisfaisant de réponses à nos questions, qui étaient plutôt « fermées » et qui visaient à essayer d’avoir un renvoi concernant l’utilisation de cette plateforme.
Continuer la lecture de Un savoir du concret et du singulier ?

Genre et apprentissage

Aujourd’hui, dans le cadre du cinquième appel à innovation lancé par le Cirpp au sein des écoles fin mars dernier, François Fourcade et moi-même avons écouté une équipe projet de l’ESSEC (école de management). La problématique de recherche proposée « Gender, learning and finance » s’intéresse à l’impact du genre au niveau du processus d’apprentissage et au niveau du comportement financier.

Continuer la lecture de Genre et apprentissage