Bernard de Mandeville n’est pas mort

fable_abeilles
L’ESSEC est une prestigieuse école de management et une institution qui, sur le plan pédagogique, réalise des innovations remarquables dont nous avons connaissance au CIRPP.

Mais le point de vue de deux de ses enseignants dans une importante publication « La Tribune.fr » du 02-04-2014 n’a pas manqué de me choquer par son parti pris outrancier :

(http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140402trib000823203/).

Ces deux professeurs d’économie ont fait paraître récemment dans “la Tribune.fr”  un article de glorification du libéralisme le plus absolu, celui que proclamait, il y a trois siècles Bernard de Mandeville et sa « fable des abeilles ».[1]

Ainsi Marc Guyot et Radu Vranceanu s’en prennent au Pape François qu’il considère comme un nul en économie pour avoir osé affirmer que l’économie libérale ne profitait pas aux plus pauvres.

Pour ces “spécialistes” de l’économie de marché tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.[2]

VOIR l’article critique sur “le journal des chercheurs” http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/spip.php?article1838


[2] message à Davos : Le Pape François a adressé un message inédit aux participants au Forum économique mondial qui ouvre ce mercredi. Face au creusement des inégalités, il en appelle à la responsabilité des dirigeants mondiaux pour assurer à l’avenir un meilleur partage des richesses.

SUR LE MÊME SUJET

C’est un message inhabituel dans cette enceinte de “rich & wealthy” qui a accueilli mardi les premiers arrivants au Forum économique mondial de Davos. Alors que plusieurs rapports ont souligné le creusement des inégalités de richesse dans le monde, notamment Oxfam avec son chiffre choc (85 personnes détiennent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres), le Pape François, qui s’est défini lui-même comme un pape des pauvres, a adressé à la demande du Professeur Klaus Schwab, fondateur du WEF, un texte aux “davosiens” lu par le cardinal ghanéen Peter Turkson, président du conseil pontifical “justice et paix”.

“Il est intolérable que des milliers de personnes meurent de faim chaque jour alors que des quantités importantes de nourriture sont disponibles et simplement gaspillées”, a déclaré le souverain pontife à l’ouverture de la 44ème session du WEF, soulignant que ses propres mots sont “forts, même dramatiques”. “De même, a ajouté le pape, nous ne pouvons qu’être émus par tant de réfugiés qui cherchent des conditions de vie minimales et qui non seulement ne trouvent pas l’hospitalité mais souvent périssent tragiquement en se déplaçant d’un lieu à un autre”.

Les deux sujets feront partie des temps forts du Forum de Davos qui consacrera plusieurs conférences aux problèmes posés par l’explosion démographique mondiale et au changement climatique. Ressources en eau, alimentation, risques de déplacement de population et de guerres…

Alors que la question sociale dominera cette 44ème édition du Forum économique mondial, le Pape François a aussi adressé un message politique et moral très ferme aux dirigeants politiques et économiques réunis pour cette manifestation centrée autour de l’idée de refaire le monde : “Je vous demande de faire en sorte que l’Humanité soit servie par la richesse et non pas gouvernée par elle”.

BARBIER

Professeur et enseignant en Sciences de l'éducation depuis 1970, professeur "émérite" de l'université Paris 8 depuis 2007, spécialiste de l'interculturel Asie-France et de la recherche-action en éducation. Conseiller scientifique du CIRPP depuis 2008 Voir CV : {{ http://www.barbier-rd.nom.fr/fichechercheurRBarbier.html}}

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.