Horizontalité et obstacles pédagogiques

 Sur le plan du rapport pédagogique, les dispositifs horizontaux, dans le contexte desquels les personnes seraient les principaux auteurs de leurs propres apprentissages, ne peuvent que séduire le pédagogue soucieux de contester ce qui relève de l’asymétrie pédagogique, assimilée par lui comme un rapport de domination. Mais il peut assez rapidement s’apercevoir que beaucoup de ces dispositifs n’annulent pas par eux-mêmes les asymétries, les inégalités devant l’accès aux savoirs. Les enseignants peuvent ainsi se trouver confrontés à des élèves et des étudiants qui ne savent pas toujours comment traiter et différencier leurs sources, qui recopient des notices wikipédia, des données issues de blogs ou de sites « non-officiels » de qualités variables, sans recul ou mise en perspective critique. Mais à côté de ces usages sans doute trop rapides, qui témoignent en partie d’un manque de confiance des élèves ou des étudiants dans leurs propres capacités – l’idée que ce sera certainement « mieux fait », « mieux écrit », « mieux formulé » par d’autres que soi – d’autres usages émergent, gros de possibilités, et qui introduisent bien des bifurcations dans notre présent. Il nous faut donc plonger dans la normativité propre de ces techniques – autrement dit, elles ne sont pas « neutres », elles participent de la construction de certains rapports sociaux, symboliques etc.- mais aussi et surtout sur les pratiques qui s’en emparent, et qui sont elles-mêmes également productrices de normes et/ou de contre-normes.

A plusieurs reprises, un enseignant que j’ai accompagné dans la mise en place d’une expérimentation pédagogique de type horizontale, appuyée sur les ressources des nouvelles technologies, m’a exprimé ainsi son désir de voir émerger des étudiants autonome, capables de procéder à leur propre « auto-évaluation formative ». Parfois, il m’a semblé que cette manière de penser, de manière très « positive », l’amélioration de la performance et de l’efficience, avait tendance à envisager les diverses résistances à l’apprentissage – absentéisme, « flânerie » durant le cours consistant à s’en abstraire pour aller sur son mail ou sur son facebook – comme autant de pathologies qu’un progrès dans le dispositif permettrait de réduire. Ce que l’on peut donc questionner, me semble-t-il – et sur ce plan OF n’a nullement l’exclusivité de ce type de cette interrogation – c’est en quelque sorte l’optimisme technologique que  la mise en œuvre du dispositif semble alors, inconsciemment peut-être, mettre en œuvre.  Pour les étudiants, « challenger » et mettre en question le site pour l’améliorer, ce serait ainsi simultanément et du même coup améliorer les conditions de leurs propres performances. Cette proposition pédagogique se pose ainsi comme le moteur d’un cercle pédagogique vertueux. Peut-être cette piste devrait-elle être approfondie encore : en participant encore davantage au caractère opératoire de cette plateforme, et pourquoi pas, à sa conception, les étudiants n’entreraient-il en effet pas davantage encore dans la matière enseignée ? En participant eux-mêmes à la fabrication de leur outil d’apprentissage, n’en seraient-ils pas davantage les auteurs et les acteurs à la fois ? Mais l’institution du cours, et celle de l’école dans le contexte de laquelle le cours a lieu, accepteraient-elles une telle expérimentation, un tel déplacement des lignes ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.