Working Progress 2

La méthodologie différenciée,  c’est  «  accepter de travailler sur soi, ses préjugés, ses images de l’apprenant acceptable » (Ph. Perrenoud)

Dans ce 2ème Working progress, je vous invite à découvrir comment j’ai construit la question de lancement utilisée dans le billet 2 :  

 « Bonjour, je m’appelle Kareen Illiade, chercheuse au CIRPP, centre d’Innovation et de Recherche en Pédagogie de Paris, sur « Le projet Optimisation du dispositif « SUP de PRO ». J’aimerais que vous nous présentiez ce que vous faites ici, qui êtes-vous? Quelles sont les classes que vous avez, si vous avez une approche pédagogique différente entre les SUP de PRO et vos autres classes, depuis combien de temps vous êtes enseignante pour les SUP de PRO. En d’autres termes que vous nous parliez de votre implication au sein de ce dispositif ».

L’idée de ce deuxième billet est de vous montrer la difficulté de construire une question de lancement qui s’auto suffise et de fait de vous initier d’une certaine manière à l’entretien non-directif.

En effet, lorsque l’on arrive dans un projet comme celui des SUP de PRO, il y a plusieurs temps : celui de la découverte, de l’observation clinique ou du tâtonnement. Ces phases permettent la construction des bases de la recherche comprenant le choix de l’approche méthodologique, le panel, les « rétroplanning », mais aussi les fils d’Ariane que nous suivrons sur l’année.

Les billets que j’écris, font partie du processus de l’écriture du rapport de recherche, en effet, ils sont la « justification de la méthodologie utilisée (les outils mobilisés) pour justement construire la démonstration : présentation des outils et méthodes de recueil des données ainsi que leurs méthodes de traitement et de représentation » ( Jean-Yves Puyo).

Le rapport « correspond en effet aux phases de construction de la démonstration de ou des hypothèses posées. Il repose sur l’analyse des informations collectées et la comparaison entre les résultats attendus et les résultats observés. La rédaction doit mettre en lumière l’explicitation et la justification que l’on apporte à la ou les questions posées » (Jean-Yves Puyo).

Transcription de l’entretien

Chercheuse : « Bonjour, je m’appelle Kareen Illiade, chercheuse au CIRPP, centre d’Innovation et de Recherche en Pédagogie de Paris, sur « Le projet Optimisation du dispositif « SUP de PRO ». Avez-vous une approche pédagogique différente entre les SUP de PRO et vos autres classes ?»

L’enseignant : « Bonjour, je suis ***, je suis professeur de mathématiques. Je pense que, oui, j’ai une approche pédagogique différenciée, car je connais les origines scolaires des élèves de SUP de PRO. Je sais aussi, que dans leur parcours scolaire, ils n’ont pas fait beaucoup de mathématiques. C’est une matière qui fait peur généralement. J’essaie dans ma manière de faire d’avoir une autre posture, c’est-à-dire de démystifier les maths.

J’essaie de faire l’histoire des chapitres que nous traitons. Je leur explique l’intérêt de ce chapitre, dans leur discipline, qui est la comptabilité, partant de là, je vois que la majorité des élèves de SUP de PRO accepte que les cours se fassent normalement, parce qu’au départ, ils sont assez réfractaires. J’explique donc l’origine du chapitre, les raisons pour lesquelles nous le faisons, en ancrant les mathématiques dans le concret.

Question : « Vous bénéficiez de combien d’heures en plus ? »

Réponse : « Je ne peux pas quantifier le nombre d’heures réellement, mais moi, je sais que nous avons beaucoup d’heures en plus. J’ai trois jours de cours en plus au début, soit 21h, pour donner les bases en mathématique, ensuite en 2ème année à partir du mois de janvier nous travaillons deux fois par mois pendant 1h ½, de janvier à avril, c’est donc pas mal.

Nous arrivons à terminer notre programme et à réviser les chapitres qui sont indispensables pour l’examen.

Question : «  Pendant ces trois jours de mis à niveau, est-ce que vous procédez à des tests de connaissances ? »

Réponse : « Dès qu’ils arrivent en cours, je fais un test de niveau, le test n’est pas basé sur ce qu’ils doivent savoir, mais sur ce qu’ils ont déjà traité. Souvent, les résultats ne sont pas très bons. Dans un premier temps, c’est le retour de vacances, puis dans un deuxième temps, les mathématiques se font en bac professionnel en contrôle continu final, et leurs notes sont parfois trop bonnes par rapport à leur niveau. C’est ce que j’ai remarqué.

Le test de niveau me conforte dans mon idée de reprendre les bases.

Question : «  Par rapport à ces tests, est-ce que les élèves sont au courant qu’ils passent un test, et est-ce qu’ils ont un regard dessus ? »

Réponse : «  Je leur parle du résultat global, mais pas individuellement. Je leur dis «  nous avons fait un test de niveau, j’ai remarqué que vous aviez oublié beaucoup de choses, pour que les cours se passent mieux, nous allons tout reprendre. Je ne fais pas peur. Certains buttent même sur les fractions. Au bout des deux années, nous arrivons à avoir des résultats.  Je ne leur dis pas de manière spécifique les résultats des tests, je leur dis que les tests nous obligent à reprendre les bases ».

Question : « Que pensez-vous du mode de recrutement des élèves ? Est-ce que vous aimeriez participer à la création d’outils par rapport au recrutement ? Est-ce que vous aimeriez connaître les outils actuels, et pouvoir les utiliser durant ces deux années ? ».

Réponse : «  Oui, cela serait un apport. Cela ne peut que nous aider. Moi, je ne suis pas contre, je suis partant pour découvrir l’outil et l’utiliser ».

Question : « Eventuellement si ces outils ne sont pas en adéquation, est-ce que vous seriez d’accord pour participer à la création de nouveaux outils ? ».

Réponse : « Pourquoi pas, mais, ce qui est sûr c’est qu’en mathématique, les élèves me disent souvent : « Monsieur, nous avons compris ». Je serais partant pour découvrir ses outils et améliorer les résultats. Ce n’est pas toujours parfait, je pense, donc oui bien sûr.

Question : «  Que pensez-vous de la séparation des BTS classiques et des BTS SUP de PRO. Est-ce que pour vous, la séparation est une aide pour la réussite de leur BTS ?»

Réponse : «  Moi, je pense que le fait de les séparer, cela les aide. Nous avons remarqué que les élèves issus de bac pro et que nous avons intégrer dans les classes d’enseignement général, la majorité peine beaucoup. Souvent, ils cultivent un complexe dans le groupe, ce qui fait, que les résultats ne sont pas aussi bons qu’escompté. Si je prends l’exemple de cette année, les meilleurs sont en SUP de PRO. Il y a une solidarité qui s’est créée dans la classe. Ce n’est pas vraiment le cas, lorsqu’il y un élément extérieur entre guillemets intègre la classe. C’est une de mes observations dans ma classe de Maths. Je suis pour l’organisation des cours en SUP de PRO, tel que cela se passe.

Question : « Depuis combien de temps êtes-vous enseignant en  SUP de PRO ? »

Réponse : «  Depuis sa création, c’est-à-dire, depuis six ans, si ma mémoire est bonne. Dès mon arrivée, je me suis adapté au groupe, j’ai adapté ma pédagogie. Je n’ai pas une pédagogique statique, mon langage change, mes relations changent.

Par exemple, les SUP de PRO de l’année dernière, j’allais voir les matchs de foot avec eux. Ils sont venus chez moi, on regarde les matchs ensemble. Ces garçons-là, ont tous réussi. Je ne sais pas si les deux éléments sont liés, mais en tout cas, ils ont tous réussi. J’ai un autre rapport avec eux. Il y a à la fois la distance, et en même temps, il y a la proximité. C’est un  jeu de séduction. Ils ont besoin de plus de relationnel et d’affect que les BTS classiques.

J’ai remarqué que lorsqu’ils trouvent un exercice de mathématique, il faut que je leur dise que c’est très bien que c’est jute. Je ne corrige jamais les exercices, sans faire le tour de table, et sans leur dire, «  c’est très bien, vous êtes sur la bonne voie, vous n’avez rien à craindre, cela va marcher ». Il faut le dire tout le temps, et après ils sont très étonnés de ce langage. Ils viennent parfois me voir, et me demandent, « Monsieur, vous êtes sûr que je vais y arriver ? » et moi, je leur réponds «  bien sûr que vous allez y arriver, tout le monde va y arriver, ce que vous avez fait, est quelque chose de remarquable ».  Je le dis très souvent de manière très simple.

Ils ont besoin de reconnaissance, je pense que cela leur a manqué dans leur scolarité.

Cela a fait des ravages. Il y a deux ans, j’ai eu deux élèves en SUP de PRO qui ont eu 18 ½ sur 20 en mathématique au BTS. Je pense que ce type de résultat ne peut venir que d’une valorisation des personnes. C’est important, ils en ont besoin, il faut leur dire ».

À la lecture de l’entretien, vous pouvez remarquer que j’interviens plus souvent, pour relancer l’interviewé. Or, dans un entretien non-directif, la question de lancement ne doit pas nécessiter autant de relances. Elle doit s’auto suffire en contenant tous les éléments pour permettre à l’interlocuteur de nous donner un ensemble d’informations sans que le fil de sa pensée soit interrompu.

Ces interruptions sont un voile sur la lecture éventuelle de fils d’Ariane. Les contours de l’entretien sont plus flous, et nous avons de mal à saisir le sens et la dynamique de l’enseignant. La non-directivité n’est pas vraiment présente, et les allures de cet échange nous amènent à penser à la structure de l’entretien semi-directif. Ce dernier repose sur un ensemble de questions, tout en permettant à l’interviewé d’avoir des espaces où il construit une réponse élaborée.

Lors de l’entretien suivant (cf billet 2), les relances étaient moindres, mais encore trop présentes. Dans mes précédentes recherches, j’ai pu réaliser des entretiens qui parfois duraient 1h30, avec un discours ininterrompu de parfois une heure. Ces espaces permettent de libérer la parole et les informations clés nous sont livrées.

L’entretien non-directif

L’entretien non-directif est basé sur la mise à jour des paramètres de pensée de l’interviewé. C’est un moyen de faire apparaître les paramètres d’action et de théorisation d’une personne. Les enjeux que la personne met dans une situation particulière.

On a un cadre de référence au départ, un inducteur et les reformulations (au cours de l’entretien) qui doivent respecter le cadre de référence. Nous sommes dans une recherche incessante des singularités d’une situation. Notre but : comprendre quelles sont les forces en jeu dans une situation. 

Préparation de l’entretien

Je vous propose d’appréhender la question de l’entretien non-directif sous forme de points qui vous permettront, très rapidement, de vous saisir de la technique. 

  1. Question de lancement (elle s’élabore soigneusement) : la recherche que je mène, pour qui ? Pour quoi ? Destinée à qui ?…
  2. Ce que j’attends de vous, interviewé ? : Si vous êtes prêt, je vais vous poser ma question.
  3. Starter : dans le cas où l’interviewé est angoissé ou hésite sur la question B. on pose la question starter. Ex : Vous travaillez là depuis quand ? Il faut revenir à des questions plus simples, plus générales.

Il y a A. l’unique inducteur que je me donne le droit d’amener, ensuite je procède par relances ou reformulations. L’idée est d’aller toujours un petit peu plus loin. L’entretien se prolonge à partir d’une réflexion sur les contradictions.

Faire un entretien non-directif, c’est mettre les gens en travail, en position de recherche sur un sujet. Laisser dérouler l’ensemble d’un parcours de réponses et reprendre ensuite les points que l’on considère comme importants : autogreffes successives.

Un bon entretien doit permettre d’expliquer pourquoi la personne a dit telle ou telle chose.

Il y a l’idée d’un pari positif dans l’entretien non-directif. Il ne faut pas être gêné par la non-réponse de l’interviewé. Il faut lui faire confiance, faire le pari positif que la personne que l’on a en face à les éléments de réponse au problème posé. Il faut accepter que la personne s’éloigne du sujet. Il est essentiel de garder à l’esprit que l’entretien est centré sur l’interviewé et pas sur nous. C’est l’interviewé qui se fait plaisir, qui déroule son envie par rapport à la question de départ.

Il est tout aussi essentiel d’accepter les silences –45 secondes-. Il fut un temps où l’interviewé se roulait une cigarette ou rallumait sa pipe pour prendre le temps de la réflexion. Ce temps lui est quelquefois nécessaire. Il faut en profiter pour relire ses notes, repasser dans sa tête ce qui s’est dit et relancer sur un mot choisi.

Il ne faut pas avoir peur de l’intrusion.

Souvent, l’intervieweur pense qu’il doit prendre des précautions. Il y a la croyance que l’on fait une effraction en entrant dans l’intimité de l’interviewé. Il faut récupérer les perches tendues par l’interviewé, accepter toutes les potentialités d’intrusion offertes. L’interviewé connaît ses limites et saura nous les indiquer.

L’attitude que l’on a en face de l’interviewé a des répercussions positives ou négatives.

Souvent, l’interviewé agit en miroir de l’attitude de l’interviewer. Il faut mettre l’interviewé en position d’avoir envie.

L’intervieweur doit donner de l’énergie pour permettre à l’interviewé d’aller plus loin.

Il est nécessaire de laisser le parcours choisi par l’interviewé se développer. Il ne faut pas l’interrompre même si l’on en a très envie, même si l’interviewé ne répond pas à notre envie, notre demande. Il sera toujours temps de le « re-parcourir » pour approfondir certains points.

Il ne faut pas penser à sa conduite d’entretien pendant le temps de l’entretien. Il faut prendre en note le cheminement en le synthétisant avec des mots balises ou clefs.

Pour relancer, il y a possibilité de faire des re-formulations partielles : « vous étiez en train de parler de telle chose ou de m’expliquer que… »

Si après 1 heure ou 1h30 d’entretien le sujet à l’air épuisé, il y a une formule très efficace : « Vous pensez que l’on a fait le tour de la question ? ». Souvent, la personne revisite ce qu’elle a dit  et annonce : « J’ai oublié tel point… », ou « Je t’ai parlé de cela, c’est hyper important… ».

Il est peut-être temps alors de  soulever les points notés, les contradictions ou les ambivalences.

On arrive alors à la fin de l’entretien non-directif. Il y a alors possibilité de reprendre avec un entretien plus directif ou interactif : « J’avais imaginé que vous alliez me parler de tels points, je suis surpris… ». Il faut aussi prendre les éléments d’information qui nous manquent sur l’interviewé : âge, sexe, situation familiale ou professionnelle…

Si nous ne lâchons à aucun moment la logique individuelle de notre sujet, nous arrivons à la donnée sociologique. Il est essentiel de retrouver et ne jamais perdre les éléments qui comptent dans l’enchaînement logique des raisonnements. Cette méthode permet au chercheur de coller  à la logique de l’acteur social.

Dans le dernier billet, je vais reprendre l’ensemble des fils d’Ariane, et vous montrer comment j’ai articulé le terrain, l’approche méthodologique et la théorie, tout en évitant de tomber dans une écriture jargonnante.

Bibliographie :

PUYO Jean-Yves, La rédaction d’un mémoire de recherche en sciences humaines et sociales, PDF accessible ici. 

Kareen Illiade

Docteure en Sciences de l’éducation, Enseignante au sein de l’institut d’enseignement à distance de l’Université de Paris 8, Chercheuse accompagnatrice au Centre d’Innovation et de Recherche en Pédagogie de Paris, et au Collège Coopératif de Paris, et chargée de projet certifications au sein du Service d’expertise, de formation,D’ingénierie et d’assistance pédagogique de l'Université de Cergy-Pontoise, Kareen Illiade est spécialiste de Janusz Korczak, Marc-Antoine Jullien, et développe une recherche sur l’importance de la pratique Diaire en pédagogie. Orientée dans le champ de l’Analyse institutionnelle, elle y développe notamment des dispositifs pédagogiques tels que : la pratique du journal pédagogique, l’autogestion pédagogique et la dynamique de groupe en transversalité avec les nouvelles technologies.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.