De la répétition

L’histoire se répèterait-elle ? S’agit-il ici d’une répétition, d’une récidive, ou d’un renouvellement ? A la lecture du premier billet de cette deuxième année de recherche, on serait tenté de penser que nous sommes face aux mêmes problématiques que celles qui avaient été soulignées, avec vigueur, lors de la réunion inaugurale du chercheur collectif. De fait, les tensions persistent et la réunion intègre une dimension de catharsis non feinte.

Peut-être pouvons-nous nous décaler pour saisir ce qui se joue ici et s’attarder sur cette répétition, ce retour du même. Une répétition, c’est ce qui est redit ou refait. Dans une deuxième acception, c’est aussi un enchaînement pendant lequel on revoit, travaille, une chanson, un texte, une scène… Ainsi, répète-t-on au théâtre. Au-delà de ces précisions sémantiques, que nous montre ce phénomène de répétition qui nous est si familier au quotidien ?

En littérature, la répétition est souvent associée aux figures d’insistance. Qu’elle soit grammaticale ou lexicale, l’intention du locuteur est d’appuyer, renforcer son propos. Certaines de ces figures de style peuvent paraître maladroites (redondances, pléonasmes) mais leur existence signifie quelque chose. D’autres, plus subtiles, comme l’anaphore, la gradation, l’accumulation donnent à la langue son rythme, sa force, son sens.
Loin d’être un retour du même, qui pourrait être perçu comme stérile, la répétition obéit à une quête de sens. Elle est un signe (un signal ?), voire un symptôme (Freud), mais elle est aussi une chance de trouver d’autres voies pour sortir de la crispation dont elle est, ici, le symbole.

En l’espèce, et nous l’avions souligné lors de la présentation au chercheur collectif du CIRPP, le nœud se focalise autour de l’emploi du temps. Nous avions terminé notre réflexion l’an passé en soulignant qu’il était au cœur de la relation pédagogique et de la problématique des rythmes.
Loin de répondre à la vision mécanique du « temps à employer » de manière optimale, l’emploi du temps se rapprocherait davantage du tissage. De ce point de vue, il s’intègre dans la pensée complexe chère à Edgard Morin.

« Quand je parle de complexité, je me réfère au sens latin élémentaire du mot “complexus”, “ce qui est tissé ensemble”. Les constituants sont différents, mais il faut voir comme dans une tapisserie la figure d’ensemble. Le vrai problème (de réforme de pensée) c’est que nous avons trop bien appris à séparer. Il vaut mieux apprendre à relier. Relier, c’est-à-dire pas seulement établir bout à bout une connexion, mais établir une connexion qui se fasse en boucle. Du reste, dans le mot relier, il y a le “re”, c’est le retour de la boucle sur elle-même. Or la boucle est autoproductive. À l’origine de la vie, il s’est créé une sorte de boucle, une sorte de machinerie naturelle qui revient sur elle-même et qui produit des éléments toujours plus divers qui vont créer un être complexe qui sera vivant. Le monde lui-même s’est autoproduit de façon très mystérieuse. La connaissance doit avoir aujourd’hui des instruments, des concepts fondamentaux qui permettront de relier. »

Edgar Morin, La stratégie de reliance pour l’intelligence de la complexité, in Revue Internationale de Systémique, vol 9, N° 2, 1995. Source : Wikipédia.

On le perçoit ici, la dimension du lien est, chez Edgard Morin, absolument primordiale. De même, le terme de tissage évoque aussi la cosmogonie des Dogons (explicitée par l’ethnologue Marcel Griaule dans les années 30) : le tissage est le symbole du langage ( parfois représenté sur les masques), il est d’ailleurs un vocabulaire à lui seul.

Alors, quel vocabulaire emprunter ou inventer pour tisser un emploi du temps soucieux du rythme et des dynamiques qui sont en jeu ? Au-delà du cheminement qui reste à opérer, c’est bien le langage commun qui est à établir. Les pistes ne manquent pas (elles ont déjà été évoquées) :
• De la régularité, mais aussi des cours séminarisés pour accentuer les ruptures ou pauses dans le rythme annuel.
• Des plages de pluridisciplanirité, pour relier les enseignements et donc les savoirs.
• De la souplesse pour pouvoir changer, modifier un emploi du temps si nécessaire (ce qui est déjà opérationnel dans l’ensemble)
• De la coopération (mais les injonctions semblent contradictoires…)
• De l’anticipation enfin, en travaillant en amont et en avance.

« Un emploi du temps, c’est organique, ça respire », a exprimé l’une de nos collègues. Après celle du langage, c’est bien l’image du corps qui surgit ici avec force, celle du vivant. L’emploi du temps n’est pas abstrait, il s’incarne, vit, produit ses rythmes, ses ruptures, ses liens. L’emploi du temps n’est pas qu’une mécanique, un quadrillage temporel. C’est bien ce qui a été réaffirmé lors de cette première réunion. Peut-être s’agit-il d’une répétition. Mais même si l’histoire s’agite, elle ne se répète pas. La réaffirmation vigoureuse de ces principes est essentielle.

Claire LE MOEL

Enseignante à Tecomah depuis 1994. Professeur d'enseignement général.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.