Une image de l’atelier vidéo

immage commentée Itescia billet blog

Questionnement
Plusieurs questions me viennent à l’esprit et je ne puis rester sans réagir à ce tourbillon intellectuel qu’a soulevé cette commande du CIRPP.
La question de l’image dans une recherche est vraiment intéressante, dans le sens, ou, si le regard que l’on pose sur cet instant figé, est vierge de tout contexte, les interprétations qui en découlent, sont aussi diverses que les mimiques sur les visages de la photographie.
Est-ce que le choix d’une photo pour illustrer une recherche peut donner des informations objectives au lecteur ?
C’est une question  qui me taraude depuis de nombreuses années. En effet, ici, j’ai clairement cherché une photo qui allait corroborer mon propos sur l’atelier vidéo. J’oriente dès le premier regard le lecteur dans un sens d’appréhension de ma recherche. Je m’attire sa sympathie, mais est-ce le but d’une recherche, que de montrer avant même la lecture de la démonstration, que la recherche effectuée est avérée ?

Contexte de la photo
L’atelier vidéo est proposé aux jeunes arrivant de bac pro et se destinant à l’obtention du BTS CGO en Sup de pro. Il fait partie du dispositif des 220 heures supplémentaires dans lesquelles, l’étudiant se voit proposer des espaces pour acquérir ou raviver des savoirs, savoir-être et savoir-faire.
Ici, nous voyons une partie de la salle à la fin de la première demi-journée d’atelier. L’animateur propose aux élèves de réagir et de donner leurs impressions quant au déroulé de cet espace.
Les commentaires sont divers et il me semble que ce cliché montre en partie des réactions polémiques quant à l’intérêt pédagogique et au sens qu’ils peuvent construire entre leur formation et ce lieu.
Mes propos pourront être controversés, car, une image peut toujours être détournée. Ainsi, l’élève que nous voyons ici souffler, a répondu à l’intervenant : « c’est un exercice difficile, mais peut être qu’à force de le faire, on arrivera à se décontracter ».

Mon rapport à cette photo
Comment je vis cette photo ? La perçois ? La conçois ? Trois questions intéressantes.
Je  la  vis  comme  une  résonance  avec  mon  vécu  depuis  près  de  deux  années  sur  cette recherche.
Parfois, je me surprends à souffler, par manque de clarté dans la commande. En tant qu’institutionnaliste, je sais qu’une commande cache une multitude de demandes. Toutefois, comme j’ai pu l’exprimer dans un billet, une recherche tentaculaire, elle part dans tous les sens.
Il est facile dans ce type de recherche de se perdre, et du coup de passer à côté d’éléments essentiels. À maintes reprises, Luca Casavola (vidéaste/chercheur) avec lequel je travaille sur ce dispositifs, et moi, avons discuté de ces différents, qui, au fil du temps, au lieu de se dénouer, se transformaient parfois en pelote de laine.
Le choix de cette photo est donc aux prises directement avec ma propre implication. Elle me questionne et me permet de travailler mon rapport à cette recherche. Travailler mon implication me permet, de fait, d’objectiver un peu plus ma recherche.

Comment je perçois cette photo ?
Pour avoir été présente dans la salle, je la perçois de deux façons. La première serait un « ras- le- bol » de l’étudiant. Il souffle parce qu’il en a assez de cet exercice. Puis la deuxième, serait plus l’expression de son angoisse son tour de parole approchant. Ainsi, il expire fortement la pression que l’exercice lui procure.
Au regard de ces deux perceptions, je la conçois différemment.

La première me renvoie à mon incompréhension du lien entre tous ces exercices et la formation du BTS sup de pro. En tant que chercheuse, je n’ai trouvé aucun lien pédagogique entre les deux  espaces.  J’ai  pourtant  mis  en  place  un  certain  nombre  d’éléments  de  recherche : observation clinique, entretiens (animateur, coordinateur, enseignants, et surtout élèves), ainsi qu’un questionnaire issu de la coordination.
Tous ces éléments n’ont fait que souligner qu’il n’existe pas de congruence. Or,  la question du sens est centrale dans le processus d’apprentissage.   On y découvre le sens dans toutes ses dimensions : dans sa corporalité. Comment je vis et je ressens son impact, son effet sur moi. L’œil de la caméra devrait permettre d’éclairer la direction qu’il emprunte dans ses processus de socialisation, et enfin le sens herméneutique, celui que je partage dans ma communauté de référence, ici dans la communauté d’Itescia.

La deuxième interprétation est celle de l’angoisse. Ils viennent de commencer leur nouvelle école, ils ne se connaissent pas. Pourtant, l’animateur sans préambule, leur demande de se présenter l’un l’autre, puis, il passe sous l’œil de la caméra et le regard du groupe classe. Ils sont sur une estrade, le regard de l’autre pourra déterminer leur place dans ce groupe pour les deux années à venir.
Alors, oui, que dire ? Que répondre après ce temps d’exposition aux autres ? Ces Autres que nous ne connaissons pas encore, ces Autres qui feront parti » de notre univers pendant deux années ?
Et bien : « c’est un exercice difficile, mais peut être qu’à force de le faire, on arrivera à se décontracter ».
Le « on » est un nous. Il est, en fait, une dépersonnalisation, et une volonté d’inclure sa réponse dans un ressenti collectif.
Ce ressenti, qui d’ailleurs, ne sera pas traité par l’animateur.

 

Conclusion
Pour conclure ce billet, je dirais qu’une photo n’est jamais choisie au hasard. Elle l’est parce qu’elle est la représentation, de notre perception du moment. Elle est en lien direct avec notre implication. Dans le milieu de la recherche, il y a deux postures :
– Les uns nient consciemment la place de l’implication du chercheur et ses effets sur l’objectivation de la recherche, et n’obtiennent que des résultats falsifiés, unidimensionnels, partiels.
– Les autres en acceptant l’implication comme étant une source énergétique déterminante dans la théorisation d’une problématique, font appel à la dialectique articulant la triade pratique, implication, théorisation, passant ainsi d’une vision unidimensionnelle de la recherche, à un univers de possibles.

Analyser notre implication est donc essentiel, afin de saisir l’entre-deux compréhensif qui se joue entre la photo et moi.

Pourquoi  ce  choix,  et  qu’est  ce  que  je  comprends  de  cette  image ?  Est-ce  que  cette compréhension de cet espace figée n’oriente pas ma recherche dans un sens qui m’est complaisant ? Suis-je objective ?

Une image doit être travaillée dans une recherche, car au-delà de nous raconter une scène, elle nous raconte la compréhension parcellaire que nous avons, ici, d’un dispositif de formation.

Dans le prochain billet,  je vais travailler sur l’intégralité de l’atelier. La question du regard y est importante. Je parlerai donc de ce que cet espace a créé et n’a pas créé.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.