Michel Onfray, “Un réquiem athée” pour l’humanité en marche

Extrait du “journal des chercheurs” jeudi 31 octobre 2013,
par René Barbier

“Un seul être vous manque et tout est dépeuplé” (Lamartine) écrivait ce poète romantique au XIXe siècle. C’est ce vers qui m’est revenu à la mémoire en lisant la suite assez brève de pages consacrées à la finitude d’un être aimé par Michel Onfray [1].

Michel Onfray dédie son livre à Marie-Claude Ruel (1951-2013) qui fut sa compagne entre 1977 et sa mort. Par ce décès, l’écrivain entre dans la confrérie de tous ceux – innombrables – qui ont soudainement perdu une personne aimée.

Ce sont les silhouettes de Paul Éluard et de sa femme Nush – “Mon amour si leger prend le poids d’un supplice” – comme celle de Christian Bobin et de “la plus que vive”, qui surgissent tout à coup…

BARBIER

Professeur et enseignant en Sciences de l'éducation depuis 1970, professeur "émérite" de l'université Paris 8 depuis 2007, spécialiste de l'interculturel Asie-France et de la recherche-action en éducation. Conseiller scientifique du CIRPP depuis 2008 Voir CV : {{ http://www.barbier-rd.nom.fr/fichechercheurRBarbier.html}}

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.