Du glissement d’une problématique, le « Savoir-faire français en cosmétique »

Des savoirs aux savoir-faire

Dans une 1ère lecture diagonale et rapide de la problématique énoncée et avant même tout entretien ou tout contact, l’on se surprend à relire plusieurs fois le titre puis le texte avec des allers retours pour comprendre le titre de la problématique exprimée par le CFA : “Savoir-faire français” en cosmétique.

Il apparaît alors, en lecture rapide, le groupe de mots “savoir-faire EN français”. Quand bien même le EN précède le mot “cosmétique”, on entend, la les savoir-faire en français.  Il s’agirait donc d’une problématique sur de la transmission d’une matière linguistique, ici le français. Ce qui par ailleurs, représente un enjeu considérable au sein de l’Éducation Nationale. Surtout pour un public de niveau infra bac et bac dans les CFA, au sein des établissements scolaires, voire même dans les entreprises…

Même si l’apprentissage couvre tous les diplômes du CAP au diplôme d’ingénieur, l’acquisition des savoirs est questionnée tout au long de ces parcours. C’est un vrai défi pour les jeunes et les institutions.

Malgré tout, comment expliquer cette confusion de lecture, hormis mes propres allants de soi ? La vocation d’un CFA, n’est-il est pas d’enseigner des connaissances liées aux pratiques professionnelles ?  Mais aussi de continuer à transmettre des savoirs liés aux matières dites “générales” dont le français ?

Ainsi dans ce maillage entre transmission des savoirs et des savoir-faire, propre à l’apprentissage, juxtaposant un élément de langage appartenant au domaine des compétences, “savoir-faire” relié à un élément de l’ordre des “savoirs” sont à l’origine de cette 1ère confusion.

Savoir-faire accolé à français, mis côte à côte, sont-ils le présage d’autres confusions à venir sur la transmission des savoirs et des savoir-faire ?

En effet, si l’on s’appuie sur les propos d’un Directeur de CFA de l’automobile,

il est nécessaire de mettre en cohérence des savoirs théoriques et expérientiels, nous appelons cela des savoirs associés. Il s’agit de sortir du stéréotype qui consiste à dire, au CFA les savoirs théoriques et à l’entreprise, la pratique. Mais il y a des situations en entreprise où on réalise la mise en œuvre de savoirs associés. Les savoirs s’articulent. Les deux savoirs s’autoalimentent. (1)

Le système de l’alternance prend alors tout son sens dans cette alliance des savoirs et des savoir-faire, qui du même coup interroge la place de chacun dans l’organisation. Pour I., les “sciences” (les savoirs) enseignés à l’Université de Versailles cachent-ils la “magie” qui s’opère au CFA. Qui joue le rôle clé dans la transmission des savoirs et des compétences dans la mesure où I. délivre son enseignement par le biais de l’Université ? Comment le CFA I. peut-il se réapproprier sa propre histoire d’institution éducative délivrant des savoirs et/ou des savoir-faire ?

Les enseignements s’opèrent mais la magie ne s’opère pas ! (2)

Du savoir-faire au « made in France » !

Dans ce continuum du déroulé de la réflexion syntaxique, nous parvenons au fait que les items « savoir-faire » et « français » et non « les savoirs en français » nous dirigent alors vers l’expression “les savoir-faire français” autrement dit le “made in France”. Il est donc question de mettre en lumière “les compétences françaises au service de l’industrie cosmétique”. Apparaît alors un tout autre questionnement.

En effet, par cette affirmation, un Centre de Formation des Apprentis, I., déclare se saisir d’une question qui dépasse très largement son champ d’application, à priori. En effet, comment un CFA peut-il aborder cette question habituellement traitée par le champ économique voire politique ?

En quoi cette problématique typiquement marketing, appartenant au champ de l’économie, peut-elle répondre à une problématique d’ordre pédagogique ?

Enfin, le « Made in France » ne relève t-il pas de questionnements plus complexes, comme par exemple made-in-france-arme-anti-chomage-effet-mode (3) ? ou plus proche du cosmétique ou du Parfum, Le savon de Marseille en danger (4)… autant d’arguments, de littérature et d’articles sur la désindustrialisation de la France et la délocalisation des savoir-faire français…

A la lecture de l’actualité du moment, dans un environnement de crise et de mondialisation, le “made in…” relève donc du registre économico-politique dans les débats entre le libre échange et le protectionnisme. Comment I. pourrait-il, à lui tout seul, appréhender cette question dans le cadre de cette Recherche-Action à dominante pédagogique et non économique ?

Par ailleurs, ce “savoir-faire” là est-il forcément français ? N’y a-t-il pas d’autres expertises dans d’autres pays ?

Mon propre savoir de consommatrice me fait apprécier des produits made in Suisse, Japon ou Israël… Je ne sais pas où ils sont fabriqués mais ils véhiculent aussi une image de luxe approprié à chaque culture: la perfection suisse, la sensualité japonaise, les vertus des bienfaits de la mer morte… Il y a certainement d’autres savoir-faire ailleurs… l’on peut s’interroger. Mais est-ce le propos ici de se questionner sur  d’autres pratiques, ailleurs ?

La problématique du “savoir-faire français” apparait du coup moins pertinent au regard de tous ces éclairages. L’objet mérite alors de se regarder autrement.

Du « made in France » en cosmétique au « Made in CFA I. »

Pourquoi interroger une filière, à savoir, la filière cosmétique plutôt qu’une autre? Qu’en est-il du parfum et de l’alimentaire ? Le “savoir-faire I.” ne doit-il pas dans sa problématique rassembler les 3 filières ? Pourquoi ne pas parler du “made in I.” ? D’autant que, les gens viennent du monde entier pour visiter le CFA, du Qatar, d’Arabie Saoudite etc… (5) Ce lieu unique et emblématique est connu et reconnu dans le monde entier. 

Ainsi le retentissement du luxe associé à la vitrine I. et son site officiel Donnez un métier à vos sens (6), associé à un monde industriel dit de “luxe”, de belles photos glacées, de l’esthétique épuré donne à voir un secteur solide, et préservé de toute crise. Tous les observateurs s’accordent à dire que le luxe est

insensible à la récession en Europe et au ralentissement de l’économie en Asie, car cette industrie continue de battre record sur record. Le géant du cosmétique L’Oréal a bouclé ses comptes avec un résultat net de +17% et une rentabilité historique. (7)

Même le centre de ressources documentaire constitue un lieu ressource rare, spécifique, et reconnu par l’extérieur, c’est une vitrine retentissante (8). I. est un patrimoine vivant et riche pour rencontrer le savoir-faire. On retrouve cette magie chez Ferrandi ou aux Gobelins. (9)

Tout comme pour l’Unesco pour qui

le patrimoine culturel ne s’arrête pas aux monuments et aux collections d’objet, parce qu’il comprend également les traditions, les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendant comme les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel. Ainsi les Trésors humains vivants sont des personnes qui possèdent à un haut niveau les connaissances et les savoir-faire nécessaires pour interpréter ou recréer des éléments spécifiques du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. (10)

C’est ainsi que même si les produits de luxe sont prémunis de toute idée de crise, les savoir-faire eux peuvent être interroger, perdus, partis…

I. aurait pu être en son temps l’école de l’excellence, aujourd’hui la concurrence est de plus en plus forte avec des écoles similaires au Havre, à Montpellier et Grasse. Il faut attirer. Il faut rester en contact avec des appareillages nouveaux, être en veille sur les instruments qui quantifient et qualifient les molécules, c’est de la chimie analytique. Le cœur de métier c’est, l’olfaction. Cette partie n’est pas exploitée. (11)

Lors de ces interactions d’imaginaires individuels et collectifs exprimés lors des entretiens, nous trouvons un langage partagé et commun qui fédère le groupe.

En effet, il est à de nombreuses reprises exprimé la notion de “magie”. Ce terme est présent dans le langage courant chez I.. C’est un vocable qui semble même banalisé. La “magie” existe mais on ne la voit pas. Cette affirmation prise dans un autre contexte paraitrait presque farfelue, suspecte, étrange. Ici le postulat de départ est que la magie existe vraiment, cela ne se discute même pas, c’est un allant de soi. La question est : comment exposer cette magie au grand jour. Dans cet univers, scientifique et aseptisé comment y associer la magie, ses mystères, ses secrets… la magie des sens ?

Le parfum fait rêver, le parfum est une industrie, le parfum représente aussi de formidables enjeux économiques. Le parfum ouvre également un nouvel espace de créativité pour le marketing, sous la forme des logos olfactifs. Le parfum est avant tout le fruit d’une création, œuvre de femmes et d’hommes souvent passionnés…. (12)

Du « Made in CFA I. » à la pédagogie des 5 sens et… de la créativité

S’agit-il d’alchimie, de transformer le plomb en or et de transformer la matière en parfum (13) ?

I. est une école sans enseignant et sans corps professoral. L’EFCM, le master délivré aux étudiants étrangers diffuse ce savoir-faire. Les produits délivrent du sens, de l’émotion, de l’imaginaire, du rêve … Il faudrait travailler avec de la musique et s’ouvrir au monde sensible, la création c’est un retour aux sources, c’est ce qui s’est perdu….. Il faut redéfinir le CORPS pédagogique dit la directrice d’I., on innove ou on meurt, il faut savoir coller aux demandes des entreprises et anticiper, sinon on meurt… (14)

En effet, se pose ici, la question de l’identité de l’enseignement I.. D’un côté définir un corps professoral propre à I., de l’autre interroger les enseignements délivrés. Seuls les savoirs scientifiques sont mis en avant ils sont transmis par l’université. (15)

Dans la mesure où

les nouvelles modalités d’enseignement en parfumerie-création forment des jeunes hautement qualifiés en technique, chimie, informatique, en rapport direct avec les savoir-faire industriels de la parfumerie, ne pouvons-nous pas penser que cela entraîne une déperdition de la création artistique ? (16)

Dans ce continuum de pensée nous retrouvons, E. Roudnitska qui évoque une profession dominée par l’esprit du profit plutôt que par le goût et le sens du beau qui aurait perdu sa capacité créatrice. (17)

Lorsque Thierry Wasser, “nez” chez Guerlain s’interroge sur la chimie et en quoi elle a à faire avec les odeurs, il faut comme le chef d’orchestre avoir le sens de l’interprétation et E. de Feydeau dans cette même émission qui avance que pour être un “nez” il faut être un poète… (18)

L’innovation pédagogique de l’alternance chez I. serait à l’heure de la singulière métamorphose que l’apprentissage suscite. C’est la part secrète, invisible, sensible d’un

être en devenir qui oscille entre l’alchimie et la transmutation : imprévisible, inachevée et incertaine. L’apprentissage contemporain est en effet à la fois larve, imago, nymphe, ou chrysalide. Dit autrement, l’apprentissage est devenu polysémique et l’apprenti polymorphe. (19)

Entre sciences dures, sens, artisanat, art et création I. cherche à travers sa pédagogie à faire vivre sa belle histoire. En effet, si la magie ne s’opère pas c’est la mort assurée pour le CFA. Pour que ce corps, aujourd’hui désincarné, reste en vie, il doit s’ouvrir aux autres, donner du sens à sa pédagogie par les 5 sens et la créativité. (20)

Mise en perspective d’une problématique dans une globalité

Les dispositifs mis en place

En plus des méthodologies classiques comme les entretiens et l’observation, et avec la contribution importante de Gwenaëlle Boujard, Chargée du projet Innovation Pédagogique CIRPP et dans le même temps Coordinateur pédagogique chez I., “un mini-chercheur collectif I.” a été mis en place.

Cette dimension collective a toute son importance autant au niveau du fond que de la forme. Car, déjà, commencer par travailler en transversal et travailler en réseau est primordial, aujourd’hui cela n’existe pas !!! (21)

Nous avons ainsi inauguré ce dispositif lors d’un moment que nous souhaitions convivial et probablement inhabituel pour chacun. Étaient présents, La directrice, C., L., la responsable des coordinateurs pédagogiques, G., la coordinatrice pédagogique cosmétique, chargée du projet à innovation, les deux nouveaux formateurs, C., l’ingénieur chimiste et la chercheuse en analyse sensorielle, C., P., en charge de la classe des étudiants étrangers, EFCM, F., le chargé de formation continue et C., du centre de ressource documentaire.

C’est autour d’un “jus de pomme” que nous avons partagé ce moment d’échanges.

Puisqu’il était question, de nous retrouver autour de nos sandwichs réciproques entre midi et deux, je suis  venue avec un jus de pomme, pour accompagner notre “pic-nic”.

Cette boisson a pour particularité d’être fabriqué par le Chantier d’Insertion le Maillon à Cergy. Il a été l’occasion de contribuer à partager un produit naturel (les 5 sens) qui me permettrait de présenter mon cadre professionnel, l’apprentissage, en lien avec l’insertion des jeunes, et la symbolique d’un produit fabriqué collectivement (chantier d’insertion). C’est après coup que j’ai réalisé la dimension symbolique de ce jus.

Il y a eu du désir, de l’engagement, avec une Direction impliquée (ce qui n’était pas du tout le cas avec l’ancien dirigeant m’a-t-on dit). C’est certainement un grand pas pour l’école, c’est ainsi que j’en saisi les émotions éparses.

Cette boisson a installé un climat de confiance et d’échanges plutôt tranquilles dans un cadre informel. D’autant que je devais aussi présenter le principe de la Recherche Action en lien avec le collectif mis en place ce jour même.

L’installation de ce chercheur collectif nous positionne tous comme chercheur détenteur du savoir en élaboration du “jus de pomme” du CFA I. ou du “jus” du CFA I., c’est ainsi que l’on appelle une formule de parfum, un jus.

En guise de synthèse

Les 40 ans d’I. ont été célébré le 5 décembre 2013 en présence de

“Thierry MARX, chef du Mandarin Oriental et Thierry WASSER, parfumeur Guerlain, ils nous feront l’honneur de participer à notre table ronde qui réunira de nombreux invités pour débattre sur : ‘Apprentissage des sens : Innovation et Créativité’.” (22)

… Apprentissage des sens : Innovation et Créativité … troublante résonance des propos tenus durant cette soirée au regard de la recherche action en mouvement…

On n’apprend pas à sentir, on apprend les couleurs, on privilégie la vision, on n’a pas la grammaire des odeurs, c’est un sens à part, ce sont des émotions, un contexte, une mémoire, des représentations mentales… (23)

Entrée du CFA I. et entrée en recherche de l’innovation pédagogique n°4, (cc) Tehila Ifergan

[1] JEUNES ET ENTREPRISES FACE AUX RUPTURES DE CONTRAT D’APPRENTISSAGE Étude sur les effets des ruptures de contrat d’apprentissage sur les trajectoires des jeunes et sur les pratiques des entreprises Elyes BENTABET (Céreq) Benoit CART (Clersé – UMR CNRS 8019 / Université de Lille 1) Valérie HENGUELLE (chercheur associé au Clersé / Université d’Artois) Marie-Hélène TOUTIN (CA-Céreq de Lille – Clersé) avec la collaboration de Françoise KOGUT (Céreq).

[2] Recueils d’entretiens de recherche au CFA I..

[3]http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/decodeurs-leco/made-in-france-arme-anti-chomage-effet-mode-decodeurs-leco-11-11-5-5-158070/

[4] http://www.laprovence.com

[5]  Recueils d’entretiens de recherche dans le cadre du mini chercheur collectif au CFA I..

[6] Voir ici.

[7] http://www.bilan.ch/luigino-canal/les-grandes-fortunes/le-luxe-ne-connait-pas-la-crise-meme-en-europe- 13/02/2013.

[8] Op. cit.5.

[9] Op. cit.5.

[10] http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00052

[11] Op.cit.5.

[12] http://breese.blogs.com/pi/files/TIRE_A_PART_PARFUM.pdf

[13] P. Süskind, le parfum, Gallimard, 2006.

[14] Recueils d’entretiens de recherche dans le cadre du mini chercheur collectif au CFA I..

[15] Op.cit 14.

[16] Collectif, Odeurs et parfum , Cths, Comite des Travaux – 1999,  p.207.

[17] E. Roudnitska, Le Parfum, Paris, PUF, 1980, p.4.

[18] Émission de radio RFI, Vous m’en direz des nouvelles, lundi 25 nov. 2013.

[19]Formation Emploi, Apprentissage : une singulière métamorphose », n° 101, 2008. http://formationemploi.revues.org/1116-

[20] Recueils d’entretiens de recherche dans le cadre du mini chercheur collectif au CFA I..

[21] Op.cit. 20.

[22] Texte officiel de l’invitation des 40 ans d’I. le 5 déc. 2013 à 18h à la CCI av de Friedland.

[23] C. S, Responsable analyse sensorielle d’I. lors de la table ronde.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.