Chercheur : un regard en 3D

Impliquée depuis plusieurs années  au cœur de la problématique dite « apprentissage », au carrefour d’une hétérogénéité d’institutions, l’État (la DIRECCTE), la Région Ile-de-France, les chambres consulaires, les CFA, l’Éducation Nationale, le Conseil Général, le territoire et les acteurs de l’insertion, j’ai été amenée à mener des réflexions de fond tout en déployant une pléiade d’actions au service de la problématique apprentissage.

Ce positionnement, de par l’apport intellectuel qu’il apporte, permet d’acquérir une connaissance concrète enrichie d’une analyse distanciée. Plus j’investis cette posture de hauteur, plus j’adopte une position de chercheuse.

Pour être honnête, on ne chasse pas le naturel. Ce poste d’observateur en arrière plan a toujours été dans ma nature profonde. Et si nous naissions “chercheur” ? Après tout, se retrouver dans une cour d’école ou dans un préau et se surprendre à observer les autres car ne souhaitant faire partie d’aucun clan, n’est-ce pas déjà une posture de chercheur ? Faire partie d’une famille nombreuse et regarder les comportements des uns, les manies des autres… ne permet-il pas de se constituer un sérieux capital de chercheur en retrait ?

Pour autant, même si ma pratique professionnelle induit de facto ce regard distancié,  je ne prends jamais le temps de faire une analyse profonde car cela ne m’est jamais demandé. Puis-je m’avancer en disant que ma pratique professionnelle m’installe en qualité de chercheuse sans en n’avoir ni le poste, ni la fonction, ni la demande, ni la commande.

Quoiqu’il en soit, cette recherche dans laquelle je suis engagée aujourd’hui avec le CIRPP, me situe d’emblée à la frontière entre mon « expertise apprentissage», qui constitue mon capital et mon attachement à la communauté de pensée du département en Sciences de l’Éducation de Paris VIII. Je sais déjà l’acrobatie intellectuelle, naturelle et toujours complexe entre les enjeux institutionnels et les jeux d’acteurs.

Je vais découvrir aussi que je peux paraître “suspecte” car appartenant trop au sérail “apprentissage”… On peut s’interroger ? Serai-je une chercheuse indépendante ? Ces positionnements chercheuse et de chargée de projet,  lorsqu’ils sont mis en perspective, peuvent brouiller l’image. Confusion  compréhensible. Même si je suis, bel et bien, tenue au droit de réserve autant pour l’objet de recherche, son environnement,  ses acteurs et ma pratique quotidienne.

Enrichie de l’interaction entre mon statut professionnel et celui de chercheuse, j’aurai à cœur de ne pas « tomber » dans les écueils de mes allants de soi : entre les problématiques que je rencontre quotidiennement et celles du CIRPP.

En alternance , à la fois chercheuse et opérationnelle de terrain, je reste en veille, en alerte… mais toujours avide de ce qui enrichira, sublimera et alimentera deux univers distincts et semblables.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.