Rythme approprié : la quadrature du siècle ?

Ce premier billet intervient alors que le chercheur collectif de la filière paysage d’une école de la région parisienne vient de se réunir pour la première fois le 14 novembre. Nous sommes donc à peine à l’orée du projet, je n’ai pas eu l’occasion encore de rencontrer tous les acteurs. Cependant ce premier chercheur collectif réunissant uniquement des  membres de l’équipe pédagogique a fait apparaître les enjeux du projet de façon particulièrement aigüe. Aussi plutôt que de rentrer dans l’aspect que je pourrais qualifier de technique, je voudrais m’attacher à une approche sensible, au point de vue « existentiel ». Avant cette réunion, deux rencontres avaient eu lieu d’ordre très général et j’avais lu le projet lui-même qui porte sur la question du « rythme approprié lors du parcours de formation ». Je l’avais trouvé bien écrit, et des discussions ressortaient un foisonnement, une effervescence. Le niveau d’implication des porteurs de projet m’est apparu comme très élevé. A la lecture du projet et suite à la première rencontre, si la question du rythme approprié semblait se poser fortement d’un point de vue institutionnel, je me demandais ce qu’il en était au niveau pédagogique. L’autre versant exposé étant celui des difficultés d’apprentissage, mon premier mouvement avait été d’envisager la réflexion « Rythme Approprié » comme étant au service d’un travail de fond sur les difficultés d’apprentissage. La troisième rencontre a confirmé cette orientation, nous avons pu commencer un état des lieux des pratiques et des orientations pédagogiques avec déjà des idées sur ce qu’on pourrait expérimenter. Mais justement j’ai voulu résister à cette tentation d’être déjà dans les « solutions pratiques ». Il apparaissait clairement que prendre le temps de la discussion était difficile, tout le monde avait « la tête dans le guidon ». Une enseignante l’avait dit  ainsi : « On ne se pose jamais. » Or ce qui m’intéressait, c’était d’élargir le plan focal qui était sur le rythme des élèves pour inclure celui des enseignants. La nécessité pour eux de réfléchir à leur propre rythme avait été explicite.
Reprenons quelques éléments de contexte. Ce projet sur le Rythme Approprié qui doit durer 3 ans vient faire écho à l’actuel débat sur la réforme des rythmes éducatifs à l’Éducation Nationale. On a pu constater que la mise en œuvre du projet lui-même posait des questions de rythme : on a beaucoup reproché la hâte avec laquelle cela se faisait à Paris et l’absence d’un temps de concertation approfondie entre les différents parties prenantes, notamment les équipes pédagogiques. Constater également que se concentrer sur un point unique, en l’occurrence le rythme, au sein de questions aussi complexes que l’Éducation n’était pas sans poser question. Notamment rien n’a été proposé quant à une réforme des programmes dont les enseignants disent pourtant depuis longtemps qu’ils sont trop chargés par rapport au temps imparti. Le volume horaire n’ayant pas changé, cette question-là n’est pas résolue et se déplace. Car pour aborder certaines choses, il faut des plages de temps longues. Réduire les plages de l’après-midi peut paraître soulager les élèves mais l’apprentissage s’en trouve plus segmenté alors que la capacité à faire le lien entre les choses est une faculté primordiale. Cette question sera également soulevée dans notre filière paysage où la répartition trop lisse des heures sur l’année ne correspond pas aux besoins dans certaines matières. Incidemment, si la question des contenus a été évincée au niveau national, à Paris, celle du contenu des ateliers périscolaires monopolise l’attention. Un contenu ludique et qui permet de bouger (arts du mouvement : danse, arts martiaux) exige tout autant de répondre à des consignes et de se contraindre. C’est bien là l’apprentissage et la fatigue est la même. On rejoint ici les réflexions du chercheur collectif sur le jeu et la distinction rappelée par René Barbier entre « game » et « play ». Nous leur proposons en fait des « games » c’est-à-dire des jeux avec des règles à respecter en vue d’objectifs divers tandis qu’ils ont clairement besoin de « play », de jeu dont ils inventent les règles et sans objectif autre que de jouer. Deuxième aspect qui correspondrait à la « garderie » tant décriée par certains, mais qui, elle, représenterait pourtant à mon sens une véritable respiration. On est là dans l’idée que chaque temps doit être productif au sens utilitariste. Il faudrait produire de la connaissance, de la compétence. D’abord, le « play » en produit lui aussi quand bien même elles ne sont pas immédiatement visibles et utilisables. Ensuite ce pré-requis est à questionner en termes de ce à quoi on accorde de la valeur. Le champs des réflexions sur le rapport entre la valeur, la richesse et l’inestimable est convoqué. Car notre temps est celui où le temps, c’est de l’argent. Qu’en est-il pour notre école ?

A la lecture du projet, on constate que cohabitent des volets imbriqués qui, tout en entretenant une relation symbiotique, ne se recoupent pas complètement et les porteurs de projet n’ont pas nécessairement les mêmes attentes qu’ils fassent partie de l’administration ou de l’équipe pédagogique. Il est bien précisé qu’il va falloir « tenir compte des contraintes budgétaires. », formulation pudique explicitée lors des rencontres sur le site comme faisant référence à des restrictions budgétaires ayant déjà eu des répercussions importantes sur la pédagogie. La filière « paysage » de l’école est confrontée à plusieurs impératifs : se conformer à l’exigence du ministère de tutelle, l’Agriculture, concernant le « Rythme Approprié » qu’il lui revient de définir ; digérer la réforme du Bac Pro qui passe de 4 à 3 ans et du BTS  en matière d’enseignement techniques et scientifiques ; faire face aux difficultés d’apprentissage grandissantes des élèves.

Quant aux difficultés d’apprentissage, ma première impression était qu’elles concernaient les matières d’enseignement général moins motivantes pour les élèves. En fait, cela recouvre une réalité plus générale. L’équipe pédagogique indique avoir constaté, au fur et à mesure de la dégradation des conditions d’enseignement à l’Éducation Nationale, que les élèves arrivaient de plus en plus démotivés, déstructurés. Les élèves en BTS aujourd’hui ont les problèmes des élèves de Bac Pro d’hier. Ils ont des attitudes consuméristes face à l’apprentissage, exigent des résultats immédiats sans se prendre en charge, confondent savoir et informations. Résultat d’enseignements cloisonnés, segmentés, leur manque souvent la capacité de voir/faire le lien et d’articuler. Ici, les enseignants sont en charge de plusieurs matières et proposent des projets interdisciplinaires. Face à ces problèmes, ils ont cherché et trouvé des solutions pour reconstruire des relations pédagogiques opérantes. Avec les restrictions budgétaires, donc en particulier du temps, cela devient de plus en plus difficile puisqu’on est passé d’une situation où l’on ne comptait pas ses heures à une situation où le temps est compté. Il y avait une part de don au sens maussien dans les relations au sein de l’école qui peine à exister actuellement.

Lors de la première grande rencontre qui réunissait équipe pédagogique et administrative se sont faits entendre les tensions entre objectifs pédagogiques et objectifs commerciaux. Ensuite, à la deuxième lecture du projet en préparation du premier Chercheur Collectif, mon attention a été attirée par un point : « proposer un cadre vivable aux élèves ». Je me demandais ce que cette phrase signifiait. La réponse est venue progressivement sans que j’ai à poser la question car dans les discussions informelles précédant la réunion elle-même, le terme d’« asphyxie » a été employé par les enseignants pour définir la situation qu’ils vivent. Puis, lors de la réunion, par quelqu’un d’autre « le besoin d’oxygène, de respirer », le cloisonnement. Cette façon d’exprimer l’état des lieux semblait trouver écho chez tout le monde.  L’un a évoqué dans un échange de mail « la spirale de l’urgence. » Nous sommes dans le registre de la survie. A été exprimé le délitement de la relation de confiance entre administratif et pédagogique ainsi que des conditions, expressément en termes de temps, permettant la bonne mise en œuvre du pédagogique. Ce qui constituait la valeur ajoutée de l’école tend à disparaître : les « pépites » pédagogiques comme le dispositif « Art in sin situ » résultat d’une collaboration entre enseignants de biologie et de français, les  petits plus comme les effectifs réduits ou le temps passé sur les rapports de stage. Il y a eu perte de lien entre les enseignants et perte d’autonomie dans l’organisation du travail. Désormais, selon les mots d’une enseignante : « prendre deux heures, c’est du luxe. » Or une élève l’exprime très bien : « Quand les profs sont stressés, ça me stresse. » Un cadre « vivable pour les élèves » implique qu’il soit vivable pour les enseignants.

La présence ou l’émergence de termes renvoyant au vivant (vivable, asphyxie, oxygène, respirer, écosystème) me semble faire écho non seulement à l’objet de la formation mais aussi au fondement de ce qu’est une école : un endroit où ça vit, où il y a du mouvement (travail et jeu), où des relations se nouent. Comme le dit une autre enseignante : « Le Rythme Approprié, c’est de l’humain, pas Y-Pareo. » en référence au logiciel qui concocte les emplois du temps. Quand il le fait, c’est du point de vue des élèves en privilégiant la régularité des cases. (On retrouve ici notre exemple des heures réparties de façon « lisse » sur l’année ce qui fonctionnent très bien pour certaines matières et beaucoup moins pour d’autres.) On aura compris pourquoi j’évoquais la dimension existentielle. Il m’a semblé qu’on ne pouvait faire l’économie à l’orée de cette recherche d’entendre l’acuité de la situation. L’équipe pédagogique n’ayant pas baissé les bras face aux réalités, la réflexion sur le Rythme Approprié représente donc la possibilité de transformer la contrainte en opportunité, de (re)trouver des marges, des respirations : là où il y a de l’entre-deux, du jeu, du mouvement possible entre les cases. Réinventer ce qui existait à l’intérieur d’un cadre devenu beaucoup plus contraignant. De ce point de vue existentiel, c’est-à-dire relationnel, le projet en lui-même représente déjà la mise en œuvre d’un Rythme (plus) Approprié, la remise en mouvement de ce qui est en passe de se rigidifier. Je cite à nouveau une enseignante : « Le projet tombe à point nommé pour les enseignants comme la direction pour stopper la dégradation. » De ce point de vue, 2h ne sont pas du luxe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.