Tous les articles par Val S.

Un savoir du concret et du singulier ?

Notre enquête dans le contexte d’un cours de stratégie concurrentielle, dans le contexte d’une école commerce très renommée de la périphérie parisienne, s’est progressivement inscrite, du fait de la spécificité du dispositif mis en œuvre – site internet, vidéos mais aussi correspondance mail soutenue avec les étudiants de la part de l’enseignant – dans une problématique qui concerne très largement, en sciences de l’éducation, les effets de l’usage des technologies de l’information et de la communication dans les contextes pédagogiques. Dans le cadre de notre accompagnement du dispositif d’auto-évaluation mis en œuvre par OF, nous avons décidé d’adresser aux étudiants un questionnaire concernant leur usage de ce dispositif et le/les bénéfices qu’il pensent en retirer. La classe s’est montré coopérative, et nous avons obtenu un nombre satisfaisant de réponses à nos questions, qui étaient plutôt « fermées » et qui visaient à essayer d’avoir un renvoi concernant l’utilisation de cette plateforme.
Continuer la lecture de Un savoir du concret et du singulier ?

Horizontalité et obstacles pédagogiques

 Sur le plan du rapport pédagogique, les dispositifs horizontaux, dans le contexte desquels les personnes seraient les principaux auteurs de leurs propres apprentissages, ne peuvent que séduire le pédagogue soucieux de contester ce qui relève de l’asymétrie pédagogique, assimilée par lui comme un rapport de domination. Mais il peut assez rapidement s’apercevoir que beaucoup de ces dispositifs n’annulent pas par eux-mêmes les asymétries, les inégalités devant l’accès aux savoirs. Les enseignants peuvent ainsi se trouver confrontés à des élèves et des étudiants qui ne savent pas toujours comment traiter et différencier leurs sources, qui recopient des notices wikipédia, des données issues de blogs ou de sites « non-officiels » de qualités variables, sans recul ou mise en perspective critique. Mais à côté de ces usages sans doute trop rapides, qui témoignent en partie d’un manque de confiance des élèves ou des étudiants dans leurs propres capacités – l’idée que ce sera certainement « mieux fait », « mieux écrit », « mieux formulé » par d’autres que soi – d’autres usages émergent, gros de possibilités, et qui introduisent bien des bifurcations dans notre présent. Il nous faut donc plonger dans la normativité propre de ces techniques – autrement dit, elles ne sont pas « neutres », elles participent de la construction de certains rapports sociaux, symboliques etc.- mais aussi et surtout sur les pratiques qui s’en emparent, et qui sont elles-mêmes également productrices de normes et/ou de contre-normes.

Continuer la lecture de Horizontalité et obstacles pédagogiques

Pédagogie, autonomie et (nouvelles ?) technologies pédagogiques

Dans le cadre de son cours de stratégie concurrentielle, OF a cette année mis à disposition de ses étudiants un site internet intitulé « Critical point paper site ». L’objectif  de ce site est double : d’une part réduire le temps consacré par l’enseignant à répondre à ses étudiants à propos de leurs papers ; d’autre part motiver les étudiants à prendre leur apprentissage en main, à lier l’apprentissage de la stratégie à celui d’une autonomisation. On y trouve un exposé très clair des différentes étapes du raisonnement stratégique : Continuer la lecture de Pédagogie, autonomie et (nouvelles ?) technologies pédagogiques

Stratégie, formation et dimension(s) interculturelle(s)

Dans ce billet de recherche, je souhaite réfléchir spécifiquement à une dimension qui m’est apparue dans le contexte de l’observation d’un cours de stratégie concurrentiel, proposé dans l’une des grandes écoles de commerce de la périphérie parisienne : il s’agit de la manière dont le dispositif pédagogique que l’enseignant entend mettre en œuvre, et qui vise à développer un certain type de connaissance de soi en contexte stratégique, peut gagner à encourager, chez les étudiants, une réflexion sur la dimension culturelle de leurs propres réactions et de leur perception, de leur manière d’entrer dans les exigences spécifiques de cette formation. De « culturel », nous proposons une compréhension très large, qui engage des valeurs, des croyances, des habitudes et des routines pratiques, mais qui prend sens surtout par rapport à un certain contexte relationnel, autrement dit, dans un contexte interculturel. Nous mettons aussi derrière cette notion, et il est important de le préciser eu égard au contexte pédagogique dont nous espérons comprendre les ressorts ici, un certain rapport et horizon d’attentes par rapport aux institutions d’apprentissage, autrement dit une certaine « culture scolaire » ou « culture d’apprentissage ».
Continuer la lecture de Stratégie, formation et dimension(s) interculturelle(s)

Stratégie de… recherche-action ?

Comment les étudiants d’un cours de stratégie concurrentielle peuvent-ils entrer dans un processus d’auto-questionnement et d’auto-formation ? La discipline qu’ils étudient semble impliquer elle-même des aptitudes cognitives particulières, une capacité à décontextualiser les concepts appris pour les recontextualiser par la suite, une attention à la multiplicité des facteurs et des variables qui vont venir impacter leurs propositions, leurs énoncés, leurs pratiques.

Un enseignant de cette discipline, qui exerce dans une école de commerce importante de la périphérie parisienne, veut favoriser l’autonomisation de ses étudiant-e-s, les amener à se poser les bonnes questions avant de se reposer sur les “réponses du prof” ou sur un savoir préconçu. Il est difficile pour le moment de savoir où cette recherche nous emmènera… Pour le moment, nous acceptons de tâtonner…

Mais l’une des pistes pourrait être d’essayer d’entrevoir de quelle manière cette capacité à l’auto-évaluation des étudiant-e-s fait partie intégrante de la discipline stratégique et des compétences particulières que celle-ci semble supposer.