Tous les articles par Valérie Genta

A quoi employons-nous notre temps ?

  Tecomah                                       

La deuxième rencontre à Tecomah sur le rythme approprié a lieu le 12 février. Elle s’ouvre sur la question des enseignants au représentant de l’administration : « Ce projet de recherche est-il toujours d’actualité pour la direction ? ». Réponse : « Oui, plus que jamais, c’est même une question urgente. »
Pourtant les discussions s’empêtrent dans des questions techniques principalement concernant les emploi du temps. L’EdT cristallise les tensions internes au projet entre les acteurs comme cela a été rapporté dans le premier billet mais aussi interne à sa problématique même.
En effet le projet de départ est en partie motivé par l’obligation qu’a l’école de répondre aux exigences du ministère de l’agriculture pour conserver son statut actuel. Ceci implique une forme « d’obligation de résultat » tandis qu’une recherche CIRPP est conçue pour ne pas s’en poser. En filigrane permanent se trouve la question budgétaire puisqu’il s’agit de conserver le financement du ministère tandis que l’école traverse une période particulièrement intense de réforme, refonte et coupes sombres. Dans le question–réponse ci-dessus, les deux parties ne pensent pas à la même chose : la question porte sur la recherche, la réponse sur l’impératif de trouver des réponses.

Tout projet, toute recherche passe par des phases de dynamisme et de relâchement, d’enthousiasme et de doute. Il y a du rythme là aussi entre accélération et ralentissement. Il est même souhaitable que cela se passe ainsi afin de ne pas assigner la réflexion à des pistes fermées, des voies toutes tracées. Rien que de très normal donc que dans celle-ci, après la phase de mise en route très active et productive, il y ait un creux de vague. Seulement la situation précédemment décrite a pour effet d’intensifier ce phénomène au point d’en faire une résistance et de remettre en cause la conduite même de la recherche.

Tecomah 2

Pour se sortir de l’ornière, le Chercheur Collectif doit se recentrer sur le cadre de recherche d’origine, celui de la recherche-action dont on sait qu’il existe de nombreuses modalités et variantes. Le rapport de la première année constatait le besoin d’action, de mise en œuvre des idées, passage à l’acte rassurant semblant montrer qu’on avance, et suggérait de passer par une phase plus ouverte à l’imagination. La logique d’efficacité ne peut pas primer sur les temps de réflexion et de discussion ouvertes, à fortiori si l’on se place dans une perspective d’innovation. Il faut redire que la recherche elle-même est déjà une mise en œuvre d’un rythme plus approprié de par le temps qu’elle exige et le fait qu’elle doit permettre de créer un espace propre à laisser émerger autre chose que les solutions déjà éprouvées. Lorsque l’équipe pédagogique pointe la nécessité de « s’autoriser à penser hors contraintes », cela renvoie d’une part à la situation évoquée ci-dessus et d’autre part à son propre réservoir de compétences. (Les enseignants sont très chevronnés, ont déjà participé à des projets CIRPP et ont conçu eux-mêmes les emplois du temps pendant longtemps.) Le rapport se concluait sur la nécessité de se « départir de nos connaissances pour tenter de porter un autre regard sur notre objet ». Bien que notre projet se situe dans le champs de la recherche action, nous citions les propos de Pierre Joliot Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Bioénergétique cellulaire « La créativité dans l’exercice de la recherche fondamentale implique une certaine dose d’ignorance et de naïveté qu’un excès de compétence réprime le plus souvent. Jean Perrin, prix Nobel de physique, considérait que la bibliographie sur un sujet de recherche fondamentale doit être préparée après et non pas avant d’avoir abordé ses propres recherches. Il est en effet très difficile d’innover si vous savez tout sur un sujet particulier. »

Dans cette perspective, nous nous demandions également : « (…) les élèves/étudiants ont-ils encore la dose d’ignorance et de naïveté nécessaire pour nous emmener là où nous pensons qu’il est inutile d’aller ? » Certains sont présents lors de cette deuxième réunion et expriment leur déception que le projet Champs Libres n’ait pas véritablement démarré. Ils parlent de ce qu’ils et leurs camarades ont imaginé à partir de cette proposition et l’on voit que certains ont laissé aller leur imagination, ils ont « déliré » c’est-à-dire étymologiquement, ils se sont « écarté du sillon », de la voie tracée. L’idée « d’imaginer hors contraintes » leur plait. Le Chercheur Collectif doit plus s’appuyer sur la participation des étudiants susceptibles d’ébranler les conceptions installées mêmes les meilleures. Nous avons besoin de ce jeu-là, aussi bien au sens de latitude que de ludique. Y compris pour l’EdT : pour preuve, le moment où l’une des enseignantes dessine un schéma au tableau pour clarifier les choses. L’image évoque la possibilité de jouer avec des cubes représentant les périodes de temps en blocs pour recomposer leur répartition sur l’année ; évoque également une portée de musique, idée de modélisation musicale déjà présente dans le premier rapport.
Nous sommes donc toujours au point repéré à la fin du premier mouvement de la recherche, au seuil de ce que pourrait être cette recherche mais nous peinons à sauter le pas.

Toucher (la) terre

Une première présentation de la recherche sur le Rythme Approprié a eu lieu le 18 septembre 2014. Le projet devant durer 3 ans, il s’agissait d’un état des lieux de l’avancement de la recherche. Rappelons que
ce projet a émergé de la conjonction d’impératifs auxquels la filière « Aménagement du paysage et gestion des milieux naturels » est confrontée :

– la nécessité de proposer un rythme approprié à l’apprenant conformément à la demande du ministère de tutelle
– la mise en place de la réforme du BTS concernant les enseignements techniques et scientifiques dès la rentrée 2013
– l’adaptation des apprentissages face à la réforme du baccalauréat professionnel entraînant une formation délivrée en trois ans au lieu de quatre ans
– les difficultés d’apprentissage grandissantes des publics postulant aux différentes formations de la filière
– proposer une pédagogie innovante et distinctive permettant de justifier les frais de scolarité demandés aux étudiants
– maintenir de bons taux de réussite aux examens favorisant l’attractivité de l’école en termes de recrutement.

Tout ceci est à réaliser dans un cadre devenu beaucoup plus contraignant dans les 5 dernières années du fait des restrictions budgétaires. Le lendemain même de la présentation, de nouvelles restrictions ont été annoncées qui ont quelque peu « douché » l’enthousiasme de la rentrée.

Cette rentrée a cependant vu le lancement d’un certain nombre de dispositifs résultant de la première année de réflexion :
Continuer la lecture de Toucher (la) terre

Champ(s) Libre(s)

19 juin, dernière réunion avec les enseignants. Le CIRPP nous a demandé de faire une première présentation en septembre. Cette échéance suscite des inquiétudes. Que va-t-on présenter puisque nous n’aurons pas le temps de voir ce que vont donner les différents dispositifs prévus pour la rentrée prochaine ? Ceux qui ont déjà participé à un projet CIRPP sont rassurants : « Ce n’est pas la présentation finale, simplement un état des lieux. » Cependant les discussions vont beaucoup porter sur les propositions concrètes.

Continuer la lecture de Champ(s) Libre(s)

Improvisation

improvisation
Le Tango représente un art de vivre, une sociabilité centrée sur la Milonga c’est-à-dire le bal. En Argentine, il est avant tout « rioplatense », du Rio de la Plata, le fleuve dont l’estuaire abrite Buenos Aires. C’est là qu’il a pris forme, dans les faubourgs qui accueillaient les émigrés, de la rencontre des musiques européennes (principalement italienne et ashkénaze), africaines et locales, comme le jazz en Amérique du Nord. Tel qu’on le danse en bal, c’est une danse d’improvisation dont l’axiome fondamental est la connexion entre les deux partenaires qui leur permet de marcher ensemble parmi d’autres couples, tous dans le même sens.

Continuer la lecture de Improvisation

La procrastination est-elle un rythme approprié ?

Nouvelle discussion avec les élèves et étudiants. C’est la  fin de l’année, qu’ont-ils à en dire ? Pêle-mêle : « C’est passé vite », densité des apprentissages, demande de plus de pratique, d’extérieur, trop de temps dans les transports, problème d’organisation, d’anticipation, d’évaluation de la charge de travail, concentration du travail à certains moments, changements de rythme au moment des rendus, réduction des temps de sommeil.  Tous font état de leur propension à «  travailler à la dernière minute ». Pour beaucoup, le rythme, c’est tout l’un tout l’autre : on laisse courir jusqu’à ce qu’on ne puisse plus faire autrement que tout faire en même temps. « Vous vous êtes amusés quand même ? » « Oh oui ! » Réponse spontanée et assez unanime.

Continuer la lecture de La procrastination est-elle un rythme approprié ?